Posté par Redbran le Jeudi 16/09/2021 à 13:00

Découverte d'une nouvelle classe d'ARN

Un article qui vient de paraître dans l'International Journal of Molecular Sciences vient ébranler une idée reçue en biologie cellulaire. Dans cette étude, une équipe de la Faculté de médecine et du Centre de recherche du CHU de Québec - Université Laval rapporte avoir découvert une nouvelle classe d'ARN exceptionnellement courts qui moduleraient de façon inédite l'expression des gènes dans la cellule.

Les zones rouges de cette image révèlent la localisation des dodécaARN dans les cellules neuronales N2a de souris.

«Il y avait un dogme en biologie moléculaire selon lequel les brins d'ARN plus courts que 16 nucléotides ne pouvaient avoir de rôle significatif, explique le responsable de l'étude, Patrick Provost. Ils étaient considérés comme des produits de dégradation cellulaire et on ne prenait même pas la peine de les étudier. J'avais moi-même accepté cette limite arbitraire sans me poser de question. Il aura fallu un accident de parcours pour que je revisite cette idée reçue.»

En effet, une erreur de manipulation survenue dans un laboratoire avec lequel son équipe collaborait a amené le chercheur à penser qu'il pouvait exister des ARN beaucoup plus courts que tout ce qui avait été rapporté jusque-là. «Grâce à cette erreur, nous nous sommes lancés à la recherche d'ARN extrêmement courts pouvant avoir un rôle fonctionnel dans la cellule et nous en avons trouvés.»

Rappelons que l'ARN est un intermédiaire qui permet de convertir l'information génétique encodée sous forme d'ADN dans le génome en instructions permettant la synthèse de protéines. Dans les années 1990, on a découvert que des microARN pouvaient se lier à l'ARN messager pour en moduler la traduction en protéines. «Ces microARN, qui comptent entre 19 et 24 nucléotides, sont maintenant reconnus comme des régulateurs importants d'environ 60% des gènes chez l'humain. Nous avons découvert des ARN encore plus courts qui rempliraient aussi fonction de régulation des gènes, mais de façon différente», précise le professeur Provost.

Alors que les microARN sont présents sous différentes formes dans la cellule - on parle de plusieurs centaines de séquences différentes -, la nouvelle classe d'ARN découvert par les chercheurs de l'Université Laval compte principalement deux séquences. La première a 12 nucléotides et sa variante en a 13. Les chercheurs ont donc nommé cette classe les dodécaARN. «Cette uniformité et leur accumulation suggèrent qu'ils ne sont pas produits de façon aléatoire», observe le chercheur.

Même s'ils sont peu diversifiés, les dodécaARN sont très abondants dans la cellule, beaucoup plus que les microARN, précise-t-il. La gamme de leurs fonctions reste à être précisée. «Dans l'étude que nous publions dans l'International Journal of Molecular Sciences, nous démontrons deux de ces fonctions - une qui touche la migration des cellules et l'autre qui concerne un gène du cancer de la prostate -, mais vu l'abondance des dodécaARN, nous croyons qu'il y en a beaucoup plus. C'est ce que mon équipe va maintenant étudier. À long terme, nous pensons qu'il serait possible d'utiliser ces dodécaARN pour moduler l'expression de gènes impliqués dans certaines maladies humaines.»

La première auteure de l'étude parue dans l'International Journal of Molecular Sciences est Marine Lambert. Abderrahim Benmoussa, Idrissa Diallo, Katheryn Ouellet-Boutin, Véronique Dorval, Nathalie Majeau, Charles Joly-Beauparlant, Arnaud Droit, Alain Bergeron, Bernard Têtu, Yves Fradet, Frédéric Pouliot et Patrick Provost sont les autres signataires de l'article.
Dernières actualités
De nombreuses pathologies du système nerveux central, comme l’autisme, la maladie de Parkinson,...
Août 2021: puissants séismes en Haïti et en Alaska ; septembre: le Mexique et l’Australie...
Tout comme nous acquérons des provisions de nourriture ou des piles de rechange, les bactéries...
Le développement de muscles artificiels ou autres systèmes actionnables repose sur...
A la rencontre des 42: L’ESO publie les clichés de certains des astéroïdes les plus...
La demande pour le charbon -de loin le plus polluant des carburants- connaît une hausse rapide, et...
La planète Vénus peut être considérée comme la jumelle maléfique de la Terre. À première...
Plusieurs rumeurs ont circulé à propos des effets qu’aurait le vaccin sur la fertilité...
Lutter contre l’extinction des espèces est une nécessité afin d’assurer la pérennité du...
Pour extraire les charges électriques produites dans les cellules photovoltaïques, on emploie une...
Les amateurs d’astronomie ont eu une rare occasion de parler de la planète Mercure au début du...
Les montagnes d'Oman sont formées d'un lambeau de plaque tectonique océanique, posé sur le...
Un traceur miniature avec une colle biotechnologique a été développé pour explorer par...
Relier les propriétés lumineuses et la structure d'un matériau à l'échelle du nanomètre donne...
Grâce au radiotélescope géant européen LOFAR, une équipe internationale comprenant des...
Avec la COVID, la vente d’antimicrobiens a grimpé en flèche et, avec elle, les préoccupations...
NLRP3 est un senseur de stress cellulaire participant à la détection des infections et la mise en...
Une équipe scientifique internationale vient de mettre au point une nouvelle méthode d’analyse...
Les huîtres seraient un repas de choix pour les amoureux qui souhaitent pimenter leur vie...
En combinant lasers de puissance et champs magnétiques intenses, des chercheurs sont parvenus,...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales