Posté par Redbran le Jeudi 07/02/2019 à 14:00
Découverte fortuite d'une nouvelle galaxie dans notre voisinage cosmique
C’est en utilisant le télescope spatial Hubble de la NASA-ESA afin d’étudier certaines des étoiles les plus anciennes et les plus faibles de l’amas globulaire NGC 6752 que des astronomes ont fait cette découverte inattendue. Le professeur Pierre Bergeron, du Département de physique de l’Université de Montréal et membre du Centre de recherche en astrophysique du Québec, fait partie de l’équipe internationale à l’origine de la découverte.

La galaxie Bedin 1, découverte par hasard Crédit: NASA, ESA, Bedin et al.

Au cours de leurs observations avec Hubble, ils ont aperçu un groupe compact d’étoiles à la périphérie du champ observé grâce à la caméra du télescope. Après une analyse minutieuse de leur luminosité et de leur température, les astronomes ont conclu que ces étoiles n'appartenaient pas à l’amas - qui fait partie de la Voie lactée -, mais étaient plutôt situées à des millions d'années-lumière plus loin.

Une petite galaxie obscure

Cette nouvelle galaxie, surnommée Bedin 1 par les astronomes, est une galaxie allongée de taille modeste. Elle ne mesure qu’environ 3000 années-lumière dans sa plus grande étendue ‒ une fraction de la taille de la Voie lactée. Non seulement elle est minuscule, mais elle est également incroyablement peu lumineuse. Ces propriétés ont conduit les astronomes à la classer comme une galaxie sphéroïdale naine.

Les galaxies sphéroïdales naines se définissent par leur petite taille, leur faible luminosité, leur manque de poussière et leurs vieilles populations stellaires. On connaît déjà 36 galaxies de ce type dans le groupe local des galaxies, dont 22 sont des galaxies satellites de la Voie lactée.

Bien que les galaxies naines sphéroïdales ne soient pas rares, Bedin 1 présente certaines caractéristiques remarquables. C’est non seulement l’une des quelques naines sphéroïdales dont la distance est bien établie, mais elle est également extrêmement isolée. Elle se situe à environ 30 millions d’années-lumière de la Voie lactée et à 2 millions d’années-lumière de la plus grande galaxie hôte plausible, NGC 6744, ce qui en fait probablement la petite galaxie naine la plus isolée découverte à ce jour.

D’après les propriétés de ses étoiles, les astronomes ont pu en déduire que la galaxie est vieille d’environ 13 milliards d’années – presque aussi vieille que l’univers lui-même. En raison de son isolement – faisant en sorte qu’elle n’a eu pratiquement aucune interaction avec les autres galaxies – et de son âge, Bedin 1 est l’équivalent astronomique d’un fossile vivant du début de l’univers.

La découverte de Bedin 1 est une découverte vraiment fortuite. Très peu d’images de Hubble permettent de voir des objets aussi peu lumineux, et elles ne couvrent qu’une petite partie du ciel. Les futurs télescopes à large champ de vision, tels que le télescope WFIRST, disposeront de caméras couvrant une zone beaucoup plus vaste du ciel et pourraient en trouver beaucoup plus.

À propos des galaxies sphéroïdales naines

Bien que semblables aux galaxies elliptiques naines par leur apparence et leurs propriétés, les galaxies sphéroïdales naines ont en général une forme approximativement sphérique et une luminosité plus faible.

Plus d’information:

Le télescope spatial Hubble est un projet de coopération internationale entre l’ESA et la NASA.

Les résultats ont été présentés dans la lettre “The HST Large Programme on NGC 6752. I. Serendipitous discovery of a dwarf galaxy in background”, publiée dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society: Letters.

L’équipe internationale d’astronomes qui a mené cette étude est composée de L. R. Bedin (INAF-Osservatorio Astronomico di Padova, Italie), M. Salaris (Liverpool John Moores University, Royaume-Uni), R. M. Rich (University of California Los Angeles, ÉU), H. Richer (University of British Columbia), J. Anderson (Space Telescope Science Institute, ÉU), B. Bettoni (INAF-Osservatorio Astronomico di Padova, Italie), D. Nardiello (Università di Padova, Italie), A. P. Milone (Università di Padova, Italie), A. F. Marino (Università di Padova, Italie), M. Libralato (Space Telescope Science Institute, ÉU), A. Bellini (Space Telescope Science Institute, ÉU), A. Dieball (University of Bonn, Allemagne), P. Bergeron (Université de Montréal), A. J. Burgasser (University of California San Diego, ÉU), D. Apai (University of Arizona, ÉU).

Contact chercheur:
Prof. Pierre Bergeron, Université de Montréal
Dernières news
Un projet financé par l’UE a dévoilé un nouveau dispositif destiné aux véhicules hybrides qui combine la haute densité énergétique des batteries lithium-ion à...
Des physiciens ont démontré qu’il est possible de contrôler de façon quantique un spin unique multi-niveaux porté par un aimant moléculaire - constituant un...
Une équipe internationale s’interroge sur les nouvelles technologies qui améliorent les compétences physiques et cognitives de l’humain, sur leur développement...
Code de bonnes pratiques contre la désinformation: la Commission invite les signataires à intensifier leurs efforts La Commission européenne a publié les premiers...
S’inspirant de la fourmi du désert réputée pour être une extraordinaire navigatrice solitaire, des chercheurs du CNRS et d’Aix-Marseille Université, à...
Une équipe de l’IBS a déterminé la structure d’une metalloprotéine présente chez les bactéries et explique par là-même comment ses gènes sont bavards... ou...
Des scientifiques suisses ont mis au point des sondes conçues pour révéler les forces physiques à l’oeuvre à l’intérieur des cellules vivantes. Une première...
L'émergence des véhicules électriques et du stockage des énergies renouvelables souligne le besoin d’augmenter la densité énergétique des batteries tout en...
Des scientifiques prouvent que l’écart entre le résultat attendu et le résultat réel est perçu comme une récompense Vous aimez vous faire surprendre par cette...
Si l’existence d’une réduction du débit sanguin cérébral chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer est connue depuis des décennies, son rôle dans...
Jusqu’à présent, la faune édiacarienne du bassin de Podolya en Ukraine était considérée comme faisant partie du même domaine que celle de la Mer Blanche en...
De nouveaux processus de récupération permettent d’obtenir des alliages de haute performance et à bas coûts à base de terres rares. Des chercheurs financés...
Bien que de plus en plus utilisées pour l'imagerie cellulaire ou la bio-ingénierie tissulaire, le devenir à long terme des nanoparticules magnétiques au sein des...
L’apparition des premiers mouvements chez des êtres multicellulaires sur Terre serait bien plus ancienne que ce que l’on pensait. C’est du moins ce que suggèrent...
Les glissements de terrain génèrent des ondes sismiques, comme l’ont montré de précédentes mesures à partir de sismomètres placés à proximité de pentes...
Il existe un moyen plus rentable de rouvrir les mines désaffectées et inondées d’Europe. Des scientifiques ont démontré comment y parvenir, avec un nouveau...
En combinant des techniques de microscopie laser et de hautes pressions, des physiciens ont mis au point la première méthode expérimentale permettant de mesurer avec...
Dans les interactions entre un récepteur biologique et son ligand, l'eau avoisinante a son mot à dire. Une équipe pluridisciplinaire du CNRS dévoile le rôle des...
Les prévisions de la contribution de l’Antarctique à l’élévation du niveau de la mer au cours du siècle vont de zéro à plus d’un mètre. Les valeurs les...
Dans les archives glaciaires, les éruptions volcaniques passées sont associées à des pics de concentration de sulfate. Pour estimer la contribution volcanique aux...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales