Posté par Adrien le Samedi 01/05/2021 à 09:00

COVID-19: les effets sur le climat à long terme

En 2020, la pandémie de la Covid-19 a conduit de nombreux pays à réduire leurs activités économiques et à limiter les déplacements de population. Ces restrictions ont entraîné une réduction temporaire mais très importante des émissions des gaz à effet de serre (GES), environ 7% au niveau planétaire en 2020, ainsi que des polluants atmosphériques comme les précurseurs d'ozone et d'aérosols.

Effet des réductions d’émissions humaines liée à la COVID-19 sur le climat. Les effets simulés par les 12 modèles (moyenne ± écart-type) sont présentés en différence par rapport au scénario de référence (ssp245). Les barres verticales montrent l’effet de la réduction des émissions en 2020.

Un groupe international de recherche a quantifié l’impact sur le climat de cette diminution des émissions humaines. Pour ce faire, ils ont utilisé les inventaires d’émissions de GES et d’aérosols pour l’année 2020, ainsi que les émissions probables pour les années 2021 et 2022. Cet inventaire a ensuite été utilisé pour réaliser des simulations climatiques avec 12 modèles de système Terre, dont le modèle CNRM-ESM2-1 développé par le CNRM et le CERFACS et déployé sur le supercalculateur de Météo-France.

L’analyse des premiers résultats issus de ces simulations montre que la réduction des émissions anthropiques liée à la Covid-19 a entraîné une baisse des concentrations d’aérosols dans les basses couches de l’atmosphère. Cette diminution a engendré une augmentation du rayonnement solaire atteignant la surface terrestre, notamment sur le sud et l’est de l’Asie, qui est la région la plus touchée. Cependant, la réduction des émissions de GES et d’aérosols est trop limitée dans le temps et l’espace pour avoir un impact significatif à l’échelle planétaire sur la température et les précipitations.

Des analyses régionales et dynamiques à plus petite échelle, ainsi qu'une analyse des extrêmes (vague de chaleurs, épisode de sécheresse, etc.) sont nécessaires pour aller plus loin dans l’exploitation de ces premiers résultats. Cette étude confirme qu’une baisse sporadique et ponctuelle des émissions de gaz à effet de serre a un impact très limité sur l’évolution climatique de long terme, qui dépend du cumul des émissions humaines sur plusieurs décennies.

En savoir plus:
The Climate Response to Emissions Reductions due to COVID‐19: Initial Results from CovidMIP - Geophysical Research Letters (2021)
Chris D. Jones, Jonathan E. Hickman, Steven T. Rumbold, Jeremy Walton, Robin D. Lamboll, Ragnhild B. Skeie, et al.
https://doi.org/10.1029/2020GL091883
Dernières actualités
Bonne nouvelle pour les amateurs de café: une espèce rare, qui n’était plus cultivée depuis...
Les amas de galaxies comptent parmi les structures les plus grandes et massives de l’Univers. Ils...
Le sorgho est actuellement la cinquième céréale la plus cultivée au monde. Les trajectoires et...
L’annonce par les États-Unis qu’ils approuvent une suspension des brevets sur les vaccins...
La recherche d’anticorps peut être un outil puissant pour suivre la propagation d’infections...
Au sein d'une collaboration internationale, les chercheurs du Biam sont parvenus à produire, par...
Une étude de l'Institut Pasteur, à laquelle a participé le CEA-Jacob, montre que la composition...
Des chercheurs de l'Irig étudient les enzymes impliquées dans la voie de biosynthèse des ARN de...
La première révolution quantique a permis la réalisation des ordinateurs et des téléphones...
Coup sur coup, deux bonnes nouvelles ont été apportées ces derniers jours sur les variants. Une...
Les chercheurs de l'Irig ont élaboré une nouvelle génération de membranes échangeuses de...
Une équipe de l'Institut Fresnel, en collaboration avec l’université de Sydney (Australie), a...
Accepter le vaccin, voyager en avion, faire de l’alpinisme... Tout cela comporte un risque. Mais...
Comment un véhicule autonome peut-il interagir avec des conducteurs humains, dont les...
La pédagogie Montessori connait un engouement croissant dans nombre d’écoles maternelles en...
Située dans les terrains précambriens de l’Anti-Atlas au Maroc, la mine de Bou Azzer est le...
Une collaboration internationale menée par une équipe du Département...
Beaucoup de nos jeunes ont de la difficulté à se concentrer sur une tâche pour la mener à bien....
Deux équipes de l’UNIGE ont découvert un nouveau mécanisme de régulation de la maturation des...
Les protons pourraient bien jouer un rôle clé dans la fission des noyaux. Ce phénomène, à...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales