Posté par Adrien le Mardi 11/12/2018 à 08:00
Comment le cancer se propage-t-il ?
Comment le cancer se propage-t-il ? Alors qu’ils étudiaient les cellules tumorales du cerveau humain, une équipe de scientifiques de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) a trouvé quelques réponses à cette question d’importance cruciale, qui depuis longtemps anime la communauté scientifique. Les chercheurs se sont penchés sur le gène EGFRvIII, présent chez les patients souffrant d’un glioblastome, une forme très agressive de cancer du cerveau qui se propage rapidement et qui est difficile à traiter.

Dans cette étude, les chercheurs de l’IR-CUSM ont exploré la façon dont les gènes causant le cancer - appelés oncogènes, comme le gène EGFRvIII - modifient le contenu des messages que s’échangent les cellules. Leurs résultats ont été publiés dans le journal Molecular & Cellular Proteomics.

"Les cellules cancéreuses nous attaquent en "bande", toutefois, pour travailler efficacement ensemble, elles doivent communiquer les unes avec les autres", explique l’auteur principal de l’étude, Janusz Rak, scientifique senior au sein du Programme en santé de l'enfant et en développement humain (SEDH) de l’IR-CUSM et professeur au Département de pédiatrie, Division de médecine expérimentale à l’Université McGill. "Pour ce faire, elles doivent entre autres communiquer par l’intermédiaire de cellules minuscules dont la structure ressemble à des bulles, appelées vésicules extracellulaires (VE) ou exosomes. Ces VE sont gorgées de protéines qui agissent comme des messages transportés entre les cellules".

Un gène qui fait en sorte que les cellules "parlent une langue différente »

Le professeur Rak et son équipe ont découvert que l’oncogène EGFRvIII, qui déclenche le développement du cancer, fait également en sorte que les cellules "parlent une langue différente".

"Les protéines présentes dans les VE peuvent modifier le comportement des cellules; par exemple, elles peuvent faire en sorte que des cellules envahissent des tissus ou forment des métastases. Comme les VE envoient ces protéines entre les cellules, certaines cellules l'interprètent comme un signal afin d'être agressives; c'est un aspect important de ce qu'est le cancer", explique le professeur Rak, qui étudie depuis plus de 20 ans le mécanisme de propagation du cancer, et qui avait reçu le prix de la Découverte de l'année du magazine Québec Science, en 2008.

"Ce qui est étonnant est qu’un seul gène responsable du cancer, le gène EGFRvII, peut transformer des centaines de protéines présentes dans les VE, modifiant ainsi complètement les messages que les cellules se transmettent les unes aux autres", ajoute le professeur Rak.

Empêcher la communication entre les cellules pour lutter contre le cancer

Cette découverte s’avère très prometteuse pour les scientifiques qui cherchent des moyens de freiner la propagation du cancer ou de diagnostiquer cette maladie à un stade plus précoce, en empêchant les VE de transmettre des messages entre les cellules cancéreuses.

"Nos travaux suggèrent également que différents oncogènes peuvent agir différemment sur la communication intercellulaire ainsi que sur le type et sur le contenu des VE que les cellules cancéreuses émettent ou reçoivent; nous devons comprendre le fonctionnement de ces oncogènes afin de mettre au point de nouveaux traitements", explique Dongsic Choi, Ph. D., auteur principal de l’étude et boursier postdoctoral associé de recherche au laboratoire du professeur Rak, qui a mené l’étude en ayant recours à un technique de microscopie de très haute résolution, grâce à la Fondation de l’Hôpital de Montréal pour enfants (HME).

Les VE, dont la présence peut être détectée dans des échantillons de sang, sont déjà utilisées pour diagnostiquer des cancers. Les protéines associées aux VE, découvertes par l’équipe du professeur Rak, pourraient à l’avenir être utilisées dans la mise au point de tests et de traitements personnalisés destinés aux patients pédiatriques et adultes ayant un glioblastome.

Le glioblastome, aussi appelé glioblastome multiforme (GBM), peut se manifester à tout âge, mais affecte principalement les adultes entre 45 et 70 ans. Le GBM est l’une des formes de cancer affichant le taux de survie le plus faible. Au Canada, chaque année, près de 1 000 personnes reçoivent un diagnostic de glioblastome; seulement quelque quatre pour cent de ces patients vont survivre pendant cinq ans ou plus à cette maladie. On ignore encore les causes exactes du glioblastome.
Dernières news
La surpêche modifie la composition des communautés de poissons, ce qui peut affecter la manière dont les espèces interagissent les unes avec les autres ainsi...
Des astrophysiciens ont recueilli des preuves directes de la cristallisation de naines blanches. Dans certains cas, ces étoiles ont ralenti leur vieillissement de près...
La plupart des mutations sont délétères. Sans sélection naturelle, elles s’accumuleraient et diminueraient peu à peu la survie des organismes. Une étude du...
Des noyaux de Bore-20 et 21 ont récemment été produits pour la première fois au RIKEN-RIBF situé au Japon. Cette performance aux limites des capacités actuelles...
Les chercheurs du programme Graphene Flagship ont mis au point des dispositifs spintroniques à base de graphène utilisant à la fois la charge électronique et le spin...
Des chercheurs de l’UNIGE ont découvert que les photons expulsés lors de la création d’un trou noir paraissent désordonnés, alors qu’ils sont en fait...
Du rôle de ses bandes blanches à sa lutte pour la reproduction en passant par son hermaphrodisme, le poisson-clown n’a pas fini de nous étonner. Retour sur la...
Les écosystèmes riches en biodiversité sont plus stables face à la plupart des perturbations, telles que les sécheresses, les canicules ou les apports de...
Cultivées dans le monde entier, les variétés hybrides F1, malgré leurs atouts indéniables, demeurent coûteuses à produire. Mais plus pour longtemps. En modifiant...
[i]Un code de calcul massivement parallèle pour une simulation ab-initio réaliste et prédictive de l’interaction laser-matière à ultra-haute...
Mettre un pied devant l’autre, rien de plus simple en apparence. Les chercheurs en neurosciences et en biomécanique vont pourtant de surprise en surprise, comme...
Le contenu en grains de pollen des sédiments lacustres a permis de retracer l’histoire des biomes montagnards du Cameroun au cours des derniers 90 000 ans. Cette...
Les jonctions métalliques sont des éléments majeurs de tout dispositif électronique intégré et le courant électrique passe au travers de ces jonctions par un...
Des procédés chimiques bien rodés révèlent parfois des surprises. En marquant une longue pause lors de la formation d’oxydes métalliques, des chercheurs du...
Une équipe du Département de chimie utilise un composé connu depuis des décennies pour synthétiser de nouvelles molécules thérapeutiques La nature renferme un...
Les déchets plastiques se fragmentent en micro- et nanoparticules, et libèrent également du carbone organique dissous dont les additifs plastiques qui seraient...
Comment mieux transporter et délivrer les principes actifs anticancéreux au niveau des cellules malades ? Des chercheurs de l’Institut Galien Paris-Sud (IGPS,...
Depuis son ouverture au mois d’avril 2018, le Planétarium et le Centre d’Accueil des Visiteurs de l’ESO Supernova a partagé les merveilles de l’Univers avec...
Certaines éponges méditerranéennes, de la famille des Crambeideae, se protègent des prédateurs en émettant en permanence un nuage d’alcaloïdes tout autour...
Selon de plus en plus de scientifiques, l’un des principaux déterminants de la douleur chronique - ennui de santé le plus lourd en raison tant de sa prévalence que...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales