Posté par Adrien le Mardi 05/11/2019 à 10:00
Comment les bactéries modifient-elles le comportement des drosophiles ?
Confrontés aux microorganismes qui partagent leur environnement, les eucaryotes disposent de mécanismes pour les contenir. Lorsque cette barrière immunitaire est franchie et que l’animal est infecté, d’autres processus biologiques sont déclenchés qui limitent les conséquences de l’infection. Dans une étude publiée dans la revue eLife, les chercheurs montrent que des femelles drosophiles infectées par des bactéries pondent moins d’oeufs que les femelles saines. Ils apportent la preuve que cette adaptation comportementale est due à la détection directe d’un composé universel présent dans la paroi bactérienne, appelé peptidoglycane, par seulement quelques neurones présents dans le cerveau des mouches.

Quiconque a été victime d'une infection virale ou bactérienne connaît les effets secondaires qui se traduisent par une perte de l’appétit, un sommeil fragmenté et, dans les cas extrêmes, un état dépressif. Si ces "effets secondaires" qui reflètent l’impact des microorganismes sur le système nerveux de l’hôte ont été clairement établis, la nature des molécules microbiennes vecteurs de l’effet et l’identité précise des neurones ciblés demeurent, dans la plupart des cas, inconnus.

Figure: (À gauche): En l’absence d’infection, les drosophiles femelles fécondées pondent des oeufs. (À droite): Lors d’une infection, les bactéries qui prolifèrent produisent dans le milieu extracellulaire des fragments de peptidoglycane, un composant de leur paroi. Par des mécanismes inconnus, ce composé de la paroi bactérienne pénètre dans le cerveau. Sa détection par seulement un ou deux neurones (encadrés), sur les quelques 100 000 que contient le cerveau d’une drosophile, provoque leur inhibition (baisse de taux de calcium) et, in fine, un ralentissement de la ponte. Il est probable que cette baisse de ponte permette à la drosophile infectée d’allouer un maximum d’énergie à la lutte contre l’infection. Une fois l’infection contrôlée, le niveau de ponte revient à la normal. Il s’agit d’un cas d’immunité comportementale.
© Ambra Masuzzo.

Les chercheurs avaient montré dans une étude précédente que le comportement de ponte des drosophiles infectées par des bactéries était modifié, les femelles infectées pondant moins d’oeufs que leurs congénères saines. Ce travail apportait la preuve que la détection d’un composant majeur et universel de la paroi bactérienne, le peptidoglycane, par les neurones des drosophiles infectées altérait leur comportement. L’étape suivante était d’identifier précisément ces neurones et de démontrer comment ce composé bactérien pouvait modifier leur activité.

Dans cette nouvelle publication, les chercheurs utilisent la puissance des outils génétiques et moléculaires disponibles chez la drosophile pour démontrer qu’en agissant sur uniquement un ou deux neurones, parmi les 100 000 que contient le cerveau de drosophile, le composé bactérien altère le comportement de l’hôte. En utilisant l’imagerie calcique qui permet de mesurer la concentration calcique intracellulaire, les auteurs démontrent que l’application directe du peptidoglycane bactérien in vivo ou ex vivo suffit à bloquer l’activité de ces neurones. Il reste à comprendre les mécanismes par lesquels la détection du peptidoglycane et l’activation de la voie de signalisation NF-kB bloquent leur activité. Les mécanismes cellulaires qui permettent au peptidoglycane d’atteindre ces neurones en franchissant la barrière hématoencéphalique restent également à élucider.

Se pose maintenant la question de la généralisation de ces découvertes aux vertébrés. Plusieurs éléments laissent penser que le mécanisme pourrait être conservé au-delà des invertébrés. D’une part, le peptidoglycane produit par les bactéries du microbiote des souris a été détecté dans la circulation sanguine et est capable de franchir la barrière hémato-encéphalique. Par ailleurs, des souris mutantes pour des récepteurs du peptidoglycane présentent des troubles du comportement et des interactions sociales. Le travail récemment publié ajoute une pièce importante au puzzle complexe qui régit les interactions entre le monde microbien et le système nerveux des eucaryotes.

Pour en savoir plus

Peptidoglycan-dependent NF-κB activation in a small subset of brain octopaminergic neurons controls female oviposition.
Masuzzo A, Manière G, Viallat-Lieutaud A, Avazeri É, Zugasti O, Grosjean Y, Kurz CL, Royet J.
Elife. 2019 Oct 29;8. pii: e50559. doi: 10.7554/eLife.50559.
Dernières news
Un mécanisme original d’adaptation à la vie dans le désert vient d’être mis en évidence chez la bactérie Ramlibacter tataouinensis. Cette bactérie non...
Méthode d’analyse très utile en immunologie, la cytométrie de masse fait appel à des sondes qui sont des anticorps, couplés à différents isotopes métalliques,...
Une signature exotique dans la rémanence du Big Bang discrimine nombre de théories récentes décrivant l’univers primordial L’inflation cosmologique, une époque...
Lorsqu’on prend des décisions au sein d’un groupe, les conséquences de notre propre choix dépendent aussi souvent de ce qu’on pense des décisions potentielles...
Les sursauts gamma sont des émissions très brèves et extrêmement énergétiques qui accompagnent des cataclysmes astrophsyiques comme la mort d'une étoile massive....
Vendredi 22 novembre, Ariane 5 s’élancera depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG), port spatial de l’Europe, pour mettre en orbite deux satellites de...
Polymères à base d’acides aminés, les polypeptides sont des briques macromoléculaires qui peuvent former des nanoparticules biocompatibles et biodégradables....
Des chercheurs de l'Irig ont caractérisé un peptide d’origine naturelle aux propriétés antibiotiques efficaces. Alors que les bactéries pathogènes résistent de...
Patrick Hennebelle du Département d'astrophysique de l’Irfu va diriger une équipe de recherche internationale qui vient de recevoir une subvention ERC Synergy. Le...
Dans une étude publiée dans la revue PLOS Pathogens, les chercheurs ont observé que les bactéries Escherichia coli associées à la maladie de Crohn enclenchent de...
La collaboration BASE rapporte la première recherche en laboratoire d'une interaction entre l'antimatière et une particule candidate à la matière noire. La nature...
Une synthèse des rapports de l’IPBES, le GIEC de la biodiversité, réalisée par une équipe internationale de plus de 30 scientifiques dont Sandra Lavorel...
Le réseau terrestre de télescopes optiques, étroitement associé à l'observatoire spatial franco-chinois Svom, a démontré sa capacité à suivre la contrepartie...
De nouveaux résultats issus de la mission Tara Oceans, portée par une collaboration entre la Fondation Tara Océan et des scientifiques du CNRS, de l’EMBL, du CEA,...
Une équipe internationale pilotée par l'Irfu a sondé les enveloppes de poussières autour d'étoiles encore en formation et observé des grains de taille...
Un consortium international, dont l'UNIGE, a pour la première fois étudié de manière systématique le génome du parasite Plasmodium, responsable du paludisme,...
Les modèles de physique ne parviennent pas à simuler la production d’antineutrinos des réacteurs nucléaires. Ce contretemps mis en lumière il y a 8 ans a fait...
La symbiose microbienne est très répandue chez les animaux et elle joue un rôle clé dans l’écologie et l’évolution des espèces. Toutefois, les interactions...
Grâce à un scanner à comptage de photons développé par des ingénieurs et des physiciens, des biologistes ont pu suivre pendant plusieurs mois la croissance...
Comment le carbone continental migre-t-il dans l'océan ? Une collaboration internationale et pluridisciplinaire, pilotée par le LSCE, apporte une réponse étonnante...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales