Posté par Isabelle le Lundi 03/12/2018 à 12:00
Choix d’habitat et spécialisation thermique: mieux vaut trop chaud que mal accompagné ?
La réponse des organismes aux changements environnementaux est entre autres déterminée par leur capacité à disperser, c'est à dire à se déplacer d’un habitat à l’autre. On considère classiquement que les généralistes dispersent plus que les spécialistes, car il leur est plus facile de trouver un habitat qui leur convient s’ils émigrent ailleurs. Cependant, les individus peuvent ne pas disperser aléatoirement mais choisir leur habitat, un comportement qui devrait être particulièrement favorisé chez les spécialistes afin de disperser vers les habitats qui leur conviennent. Des chercheurs de France et de Belgique (UCLouvain, Belgique ; SETE Moulis, France et EDB Toulouse, France) ont testé si le choix d’habitat est associé à une spécialisation vis à vis de la température. Cette étude publiée dans la revue PNAS montre que les spécialistes sont effectivement capables de choisir leur habitat. De façon surprenante, les généralistes font également du choix d’habitat mais avec une préférence pour des habitats sous-optimaux, ce qui pourrait leur permettre d’éviter d’être en compétition avec des spécialistes.


Chez Tetrahymena thermophila, les génotypes les plus spécialistes préfèrent les habitats qui maximisent leur performance, alors que les généralistes font également du choix d’habitat mais avec une préférence pour des habitats sous-optimaux (Photo: Alex Stemm-Wolf)

Pour réaliser cette étude, l’équipe de chercheurs a utilisé le cilié Tetrahymena thermophila,un eucaryote unicellulaire qui est capable de choisir son habitat pendant la dispersion. Ils ont mesuré la capacité de différents génotypes de cette espèce, variant pour leur niche thermique, c.à.d. la relation entre la température et la croissance, à choisir des habitats de différentes températures. Ils ont ainsi montré que les génotypes les plus spécialistes préfèrent les habitats qui maximisent leur performance. Cette capacité de choix d’habitat pourrait permettre aux spécialistes de suivre les conditions qui leur sont favorables face aux changements environnementaux. Les généralistes, plutôt que de disperser aléatoirement comme attendu selon la théorie, s’avèrent être aussi capables de choisir leur habitat, mais avec une préférence pour les habitats sous-optimaux. Les chercheurs ont ensuite modélisé les circonstances qui pourraient favoriser une telle préférence chez les généralistes. Ils montrent ainsi que les généralistes, puisque généralement moins efficaces que les spécialistes dans leurs habitats optimaux, peuvent atteindre un meilleur succès reproducteur dans des environnements qui bien que sous-optimaux ne contiennent pas de spécialistes. Cela expliquerait l’apparition et le maintien d’une préférence pour des habitats sous-optimaux chez les généralistes.

Cette étude remet en question l’idée que les spécialistes dispersent généralement peu en comparaison des généralistes, et suggère qu’ils pourraient au contraire être très efficaces pour suivre les conditions environnementales favorables face aux changements environnementaux. De plus, ces résultats mettent en évidence l’existence d’un choix d’habitat chez les généralistes, ce qui remet en question la théorie actuelle qui considère le généralisme comme une alternative au choix d’habitat. Cette étude met en évidence la diversité et l’importance des comportements de choix d’habitat pour l’évolution et la distribution des organismes. Il est donc urgent d’intégrer ces comportements aux cadres théoriques actuellement utilisés pour prédire le devenir des populations et espèces face aux changements environnementaux.

Référence:
Jacob S, Laurent E, Haegeman B, Bertrand R, Prunier J, Legrand D, Cote J, Chaine AS, Loreau M, Clobert J, Schtickzelle N. 2018. Habitat choice meets thermal specialization: competition with specialists may drive suboptimal habitat choice in generalists. Proceedings of the National Academy of Sciences. November 5, 2018.
https://doi.org/10.1073/pnas.1805574115

Contact chercheur:
Staffan Jacob - Station d'écologie théorique et expérimentale (SETE - CNRS /Univ Toulouse Paul Sabatier)
Dernières news
Une étude européenne lève le voile sur la diversité des gènes de résistance aux antibiotiques présents dans les bactéries du microbiote intestinal. Des équipes...
Au cours du processus de reproduction sexuée, les chromosomes échangent du matériel génétique par recombinaison (crossing-over), participant ainsi à la diversité....
Le dimanche 16 décembre 2018, la comète Wirtanen passera au plus près de la Terre. C’est probablement, pour une comète connue, l’un des passages les plus...
Les feux de biomasse émettent chaque année dans l’atmosphère une quantité importante de polluants. Ces panaches de pollution impactent localement et régionalement...
Normalement, faire fonctionner un dispositif électronique nécessite d’avoir un contrôle musculaire et nerveux total. Des recherches financées par l’UE viennent...
Des chercheurs de l’UNIGE ont découvert de l’hélium dans l’atmosphère d’une exoplanète, gonflée comme un ballon. Bien que rare sur Terre, l’hélium est...
Les chercheurs ont découvert des concentrations anormales de la protéine bêta-amyloïde - une manifestation de l'alzheimer - chez 86% des personnes qui cherchent...
Comment le cancer se propage-t-il ? Alors qu’ils étudiaient les cellules tumorales du cerveau humain, une équipe de scientifiques de l’Institut de recherche du...
Lorsque des atomes s’agrègent et que l’ensemble présente une configuration électronique similaire à celle d’un atome isolé, on parle de superatome. Des...
Un signal modulé en fréquence et en amplitude, semblable au signal ultrasonore émis par les chauves-souris ou les dauphins, a permis à des chercheurs de mesurer de...
Le satellite Gaia a livré en avril 2018 des mesures astrométriques de haute précision pour plus d'un milliard de sources dont les AGB, étoiles de masse faible à...
Des chercheurs du CNRS, de l'Université d'Orléans et de la société Artimmune, en collaboration avec des cliniciens turcs, ont identifié un mécanisme clé de...
Après un court ralentissement entre 2014 et 2016, les émissions mondiales de CO2 d’origine fossile ont à nouveau augmenté de 1,6% en 2017 d’après le Global...
Il y a environ 66 millions d’années, à la fin du Crétacé, un astéroïde de la taille d’une petite ville est entré en collision avec la Terre, mettant fin au...
Des souris atteintes de dystrophie musculaire de Duchenne récupèrent plus de 20% de force musculaire grâce à la metformine. Ce résultat visant à stopper le...
Des chercheurs font appel à l'intelligence artificielle pour améliorer les images de l'infiniment petit La prise d’images de qualité à l’aide de microscopes...
Les hémoglobines transportent des gaz tels que le dioxygène dans le corps. Alors que leur rôle est connu depuis un siècle, le détail du processus restait mal...
Des chercheurs du CNRS (1) et de l'Université Libre de Bruxelles ont élaboré la première cartographie mondiale de l'ammoniac atmosphérique (NH3) en analysant des...
Des physiciens viennent de développer une nouvelle approche pour resommer les sommes divergentes qui apparaissent lors de calculs concernant les systèmes de fermions...
Titan, le plus gros satellite de Saturne, a été survolé 127 fois par la sonde Cassini entre 2004 et 2017. Une équipe internationale a compilé l’ensemble des...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales