Posté par Adrien le Samedi 16/03/2019 à 08:00
Chez ce nématode, les mâles sont nécessaires à la reproduction, mais pas leurs gènes

Deux spécimens de nématodes Mesorhabditis belari © Marie DELATTRE/LBMC/CNRS Photothèque
Chez le ver Mesorhabditis belari, les mâles servent uniquement à aider les femelles à produire des clones d’elles-mêmes. Ce mode de reproduction inédit vient d’être décrit par des chercheurs du CNRS, de l’ENS de Lyon, de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et du Muséum national d'Histoire naturelle, dans un article publié le 15 mars 2019 dans la revue Science.

En 1949, le jeune biologiste Victor Nigon présentait dans son travail de thèse ses observations sur la reproduction de diverses espèces de nématodes, des petits vers ronds vivant dans les sols. Et parmi elles, le ver Mesorhabditis belari chez qui les rares mâles présents dans la population sont nécessaires à la reproduction bien que le matériel génétique des spermatozoïdes soit rarement utilisé par l’ovule. L’embryon qui se développe donne naissance à une femelle, clone de sa mère.

Soixante-dix années plus tard, ce ver a piqué à nouveau la curiosité d’une équipe de recherche internationale pilotée par des chercheurs du CNRS, de l’ENS de Lyon, de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et du Muséum national d'Histoire naturelle. Ils ont confirmé les premières observations de Victor Nigon, mais ont également noté que dans les 9 % des cas où le matériel génétique est utilisé après fécondation, l’embryon donne naissance à un mâle. Ainsi, les mâles ne peuvent disséminer leurs gènes qu’à leurs fils. M. belari représente donc un cas unique, où les mâles n’ont pas de contribution génétique, et peuvent être vus comme une simple extension des femelles pour les aider à démarrer le développement de leurs oeufs.

Si les mâles ne servent pas à disséminer les gènes de leur mère, alors il faut qu’ils servent au moins à ce que la mère produise le plus de descendants possibles. Cela n’est possible que si les fils qu’une femelle produit aident ses propres filles à produire un grand nombre d’embryons. En d’autres termes, si les mâles fécondent préférentiellement leurs soeurs.

Mais pourquoi la proportion de 9 % de mâles a-t-elle été retenue au cours de l’évolution, et non 2 % ou 20 % par exemple ? En utilisant la "théorie des jeux", les chercheurs ont montré que produire 9 % de mâles était une stratégie évolutivement stable: cette quantité est suffisante pour s’assurer qu’un maximum de descendantes femelles soient produites, sans pour autant gaspiller trop de ressources dans la production de mâles dont les gènes n’ont aucun avenir.

L’asexualité est un mode de reproduction où des espèces composées uniquement de femelles produisent des clones d’elles-mêmes. Au contraire de la sexualité, où des individus de sexe mâle permettent le brassage génétique avec les femelles. M. belari présente un cas nouveau, où des mâles peuvent être utiles à la reproduction des femelles, même sans brassage génétique. L’équipe de recherche compte maintenant poursuivre ces travaux en essayant de comprendre comment un tel mode de reproduction a pu émerger, et en testant la stabilité de l’espèceM. belari via l’étude de son génome.

Montage de photographies en fluorescence d’embryons de M. belari en cours de division. Le cytosquelette est coloré en vert, l’ADN femelle en magenta et l’ADN mâle en blanc. On peut observer que l’ADN mâle n’est pas intégré au noyau des cellules de l’embryon en cours de division. © Marie DELATTRE/LBMC/CNRS Photothèque

Bibliographie

Males as somatic investment in a parthenogenetic nematode. Manon Grosmaire, Caroline Launay, Marion Siegwald, Thibault Brugière, Lilia Estrada-Virrueta, Duncan Berger, Claire Burny, Laurent Modolo, Mark Blaxter, Peter Meister, Marie-Anne Félix, Pierre-Henri Gouyon et Marie Delattre. Science, le 15 mars 2019. DOI: 10.1126/science.aau0099.
Dernières news
Les échinodermes, parmi lesquels on compte les oursins, étoiles de mers, concombres de mers, ophiures et lys de mer sont probablement l'un des groupes les plus...
Nougat, l’insert supraconducteur à haute température critique (SHT), fruit d’une collaboration CEA-CNRS, a atteint un champ magnétique central de 32,5 teslas...
Des chercheurs de l’UNIGE ont découvert que des bactéries parvenaient à survivre dans des sédiments de la Mer Morte à plus de 400 mètres de profondeur, malgré...
En 2016 des scientifiques du CNRS ont démontré que le blob (Physarum polycephalum), un organisme unicellulaire dépourvu de système nerveux, pouvait apprendre à ne...
La collaboration STEREO, à laquelle sont associés le LPSC à Grenoble et le LAPP à Annecy, a présenté ses derniers résultats fin mars lors des Rencontres de...
Dans le cadre d'un projet collaboratif Horizon 2020 FET-OPEN (INITIO), des scientifiques de toute l'Europe unissent leurs efforts pour mettre au point des "nez...
Une équipe d’astronomes dirigée par l’UNIGE a découvert cinq nouvelles planètes dont les périodes de révolution se situent entre 15 et 40 ans. Il aura fallu 20...
Le développement de matériaux verts performants est une préoccupation majeure de notre société pour faire face à l’épuisement des ressources fossiles. Pour la...
Des chercheurs de l’UNIGE ont découvert qu’une personne a davantage confiance en ses choix et les exécute plus vite lorsqu’elle poursuit des récompenses, mais...
Dans le cadre d'un grand projet de l'Union européenne, des experts de 14 institutions de dix pays européens ont passé trois ans à scruter la glace antarctique, à la...
En combinant des méthodes expérimentales de pointe (spectroscopie en rayonnement synchrotron), des chercheurs de l’Institut de minéralogie, de physique des...
Une équipe de scientifiques européens a créé un appareil qui, à l’image des plantes, permet de convertir le CO2, l’eau et la lumière du soleil en carburants et...
Contrairement aux jeunes de 10 à 19 ans, les moins de 10 ans ne profitent pas de l'immunisation induite par la pandémie de grippe H1N1 de 2009. De plus, les enfants...
Des chercheurs de notre institut s’intéressent aux effets de nanoparticules de TiO2 sur des modèles in vitro de cellules épithéliales intestinales. Ils soulignent...
Le géographe Jared Diamond a qualifié de "single most astonishing fact of human geography" le fait que les îles proches de la côte est-africaine (Madagascar et les...
Inscrire et relire des informations avec la plus grande densité de stockage possible est un enjeu permanent pour les données numériques. Dans ce travail, une nouvelle...
Les hémisphères gauche et droit du cerveau sont chacun responsables de fonctions particulières, comme par exemple le langage qui est localisé à gauche pour près de...
Il est maintenant largement accepté que les hommes anatomiquement modernes se sont hybridés avec leurs parents proches, les Néandertaliens et les Dénisoviens, lors...
Grâce à son expertise dans la réalisation de transistors cryogéniques à haute mobilité électronique, une équipe du C2N a permis à une équipe néerlandaise...
Une équipe internationale menée par des chercheurs du Laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique (LESIA, CNRS/Observatoire de Paris -...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales