Posté par Adrien le Jeudi 22/09/2022 à 13:00

Changement climatique: menace sur les arbres en ville

Les arbres jouent un rôle primordial dans le bien être des habitants des villes... Mais pour combien de temps encore ?

Une équipe de recherche internationale, comprenant un chercheur du CNRS du laboratoire Ecologie et dynamique des systèmes anthropisés (CNRS/Université de Picardie Jules Verne), vient de publier dans la revue Nature Climate Change la première analyse de risque, d’envergure mondiale, pour les espèces d’arbres plantées en ville dans le contexte actuel d’augmentation des températures et de diminution des précipitations annuelles liées au changement climatique: à l’heure actuelle, entre 56 et 65 % de ces espèces sont d’ores et déjà en situation de risque, et ce chiffre pourrait monter entre 68 et 76 % d’ici 2050.

Une allée du cimetière du Père Lachaise à Paris bordée de marronniers (Aesculus hippocastanum). En 2050, cette espèce sera à risque dans les villes de Paris, Lyon, Bordeaux et Montpellier.
© Akvile JUREVICIUTE-LENOIR

En France, par exemple, 71 % des espèces seront en situation de risque vis-à-vis de l’augmentation des températures à cet horizon. Dans une ville comme Montpellier, le frêne commun fera alors partie des essences les plus à risques. Pour en venir à ces résultats, les scientifiques ont étudié 3129 espèces d’arbres et arbustes présentes dans 164 villes à travers 78 pays et ont calculé la marge de sécurité, une mesure de la tolérance climatique, de chaque espèce dans chaque ville en fonction des conditions climatiques actuelles ou futures.

L’équipe de recherche note qu’il est assez fréquent que des espèces soient déjà plantées dans des villes soumises à des conditions climatiques difficiles ; bien que certaines villes, notamment les plus riches, ont la capacité de dépenser de l’argent pour arroser des arbres en cas de déficit hydrique et d’atténuer les effets du changement climatique. Or, le risque devrait s’aggraver dans le futur et entraîner des coûts d’entretien bien plus importants.

Alors que la fonction de "climatiseur naturel" des arbres est de plus en plus cruciale en ville pour lutter contre les vagues de chaleurs, ces travaux publiés dans Nature Climate Change le 19 septembre 2022 montrent qu’il est indispensable de planifier l’aménagement des forêts urbaines pour qu’elles puissent faire face au changement climatique, en plantant des essences résistantes aux températures et précipitations futures par exemple.

Bibliographie:
A worldwide climate-change risk analysis for urban forests.
Esperon-Rodriguez, Tjoelker, Lenoir et al.Nature Climate Change, le 19 septembre 2022. https://www.nature.com/articles/s41558-022-01465-8
Dernières actualités
Les perturbations climatiques donnent souvent lieu à des liens contre-intuitifs. Par exemple, la...
Les chercheurs décrivent la première synthèse de nanoplaquettes de ZnO hautement stables avec...
Alain Aspect, directeur de recherche émérite du CNRS, professeur à l’Institut d’Optique...
Une collaboration iThemba LABS - Cape Town, STELLA- IPHC Strasbourg et Université de York, vient...
Dans un écoulement, le transport de particules ou de micro-organismes peut être modifié s’ils...
Les photos de la sonde spatiale DART, juste avant qu’elle ne percute son astéroïde, ont...
La cellulose provenant de la pâte de bois et la chitine issue de la carapace des crabes, des...
Une nouvelle théorie hydrodynamique pour expliquer comment s'écoulent les tissus épithéliaux...
La demande en électricité du bitcoin représente 200 millions de tonnes de CO2 depuis sa...
Les algues bleu-vert (aussi appelées cyanobactéries) détiennent un pouvoir particulier, qui...
Pour développer les applications de nouveaux matériaux, il est précieux de connaître...
Installé dans les Alpes françaises, le radiotélescope Noema1 vient d’atteindre ses pleines...
Des scientifiques de l'Institut Fresnel et de l'Institut de biologie intégrative de la cellule ont...
Il y a peu d’endroits dans le monde où on peut associer directement crise immobilière en cours...
La Terre est une planète active âgée de plus de 4,5 milliards d’années. Cette longue...
Les sédiments qui se trouvent sous les forêts de mangroves, prés-salés et herbiers de plantes...
L’alliance du calcul et de la microscopie électronique "in situ" ont permis de résoudre un...
Des scientifiques de l’Institut de science et d’ingénierie supramoléculaires...
Des milliers de personnes ont contracté la rougeole depuis avril au Zimbabwe, pays du sud de...
Les tests d’adhésion et de réponse cellulaire aux facteurs de croissance sont largement...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales