Posté par Adrien le Vendredi 19/02/2021 à 09:00

Certaines odeurs ont le pouvoir d’agir comme des récompenses sur notre cerveau

Pourquoi sommes-nous tellement attirés par certaines odeurs ? Une étude publiée dans la revue Current Biology montre que des odeurs plaisantes peuvent agir comme des récompenses sur notre cerveau. Cette propriété particulière des odeurs serait due à une connexion privilégiée entre deux régions cérébrales, le bulbe olfactif qui traite le caractère plaisant des odeurs et le tubercule olfactif, structure clé du circuit de la récompense. La mise en jeu de ce réseau permettrait la libération de dopamine, comme le font des éléments bénéfiques naturels comme la nourriture ou artificiels comme les drogues. Ces résultats obtenus chez la souris ont été confirmés chez l’Homme, montrant que ce processus est conservé entre les espèces.

Figure: Certaines odeurs peuvent agir comme des récompenses sur le cerveau, au même titre que le sucre ! En effet, leur présence ou le souvenir de leur présence dans un lieu exerce une attraction grâce à l’activation d’une voie neuronale directe et privilégiée entre le bulbe olfactif postérieur (BO post) qui est impliqué dans le traitement des odeurs plaisantes et le tubercule olfactif (TO) qui fait partie du circuit cérébral de la récompense. Une activation de l’aire tegmentale ventrale (ATV) qui contient les neurones dopaminergiques impliqués dans la genèse d’un état de satisfaction est également observée.
© Nathalie Mandairon, Arnaud Fournel & Marc Thevenet

Depuis la nuit des temps, nous nous entourons d’odeurs: nous assaisonnons nos plats, nous diffusons des encens dans nos maisons et nous nous parfumons. Notre relation étroite avec les odeurs illustre le fort pouvoir d’attraction qu’elles exercent sur nous. Mais pourquoi sommes-nous tellement attirés par certaines odeurs au point de s’approcher, parfois de manière répétée de leur source ?

Les scientifiques montrent par des approches à la fois comportementales, d’imagerie cellulaire, d’électrophysiologie et de "transparisation" du cerveau que certaines odeurs sont capables d’agir comme des récompenses chez la souris. Cette propriété particulière des odeurs serait permise grâce à une voie nerveuse privilégiée entre la zone du bulbe olfactif qui traite l’information plaisante des odeurs et une région cérébrale clé du circuit de la récompense, le tubercule olfactif.

Le circuit de la récompense, également activé lors de la prise de drogues, a pour rôle de renforcer certains de nos comportements grâce à la libération d’une substance chimique utilisée comme neurotransmetteur, la dopamine, qui produit un état de satisfaction. L’activation du tubercule olfactif en réponse aux odeurs plaisantes a été également mise en évidence chez l’Homme par la technique d’imagerie cérébrale fonctionnelle.

Ce pouvoir récompensant des odeurs plaisantes a également été démontré par l’utilisation de la procédure de "préférence de place conditionnée" qui permet de mesurer le souvenir laissé par l’affect positif induit par une substance, comme c’est par exemple le cas pour la cocaïne ou le sucre: l’animal, ou l’Homme, a tendance à passer du temps à l’endroit où il aura précédemment fait l’expérience d’un affect positif. Dans cette étude, une préférence de place conditionnée aux odeurs plaisantes, c’est-à-dire un temps plus élevé passé dans une zone préalablement odorisée, vis-à-vis d’une zone restée sans odeur, a été observée aussi bien chez la souris que chez l’Homme grâce à des expériences en "living lab".

Ainsi, cette étude fournit des données comportementales, anatomiques et fonctionnelles indiquant que les odorants peuvent agir comme des récompenses naturelles en l'absence d’association avec des stimuli alimentaires ou sociaux.

Pour en savoir plus:
Neural processing of the reward value of pleasant odorants
Midroit M, Chalençon L, Renier N, Milton A, Thevenet M, Sacquet J, Breton M, Forest J, Noury N, Richard M, Raineteau O, Ferdenzi C,Fournel A, Wesson DW, Bensafi M, Didier A, Mandairon N.
Current Biology 17 février 2021 DOI: doi.org/10.1016/j.cub.2021.01.066.

Laboratoire:
Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon (CRNL) - (Inserm/CNRS/UCBL)
Centre Hospitalier Le Vinatier - Bâtiment 462 - Neurocampus.
95 boulevard Pinel.
69675 Bron Cedex.
France.
Dernières actualités
Mesurer la gravité à laquelle est soumise l'antimatière est un des défis actuels, avec pour...
Une équipe de l’UNIGE a étudié les cendres des éruptions volcaniques et a découvert deux...
La grande majorité des exoplanètes géantes (les planètes 100 fois plus lourdes que la Terre)...
"Préserve et répare la peau". "Retarde l’apparition des rides". C’est ce que promettent les...
En étudiant les génomes de plus de 20 000 personnes, une équipe met en lumière les liens...
À l’été 2009, un navire allemand était devenu le premier navire commercial à emprunter la...
Ceux qui cherchent un exemple qui illustre bien comment la génétique et le milieu de vie peuvent...
Lorsqu’on dit que "le vaccin a un taux d’efficacité de 95%", cela ne veut pas dire que "5% des...
Les chercheurs des instituts Jacob et Joliot du CEA ont amélioré le suivi de l’inflammation des...
On s’interroge beaucoup sur l’utilité du séquençage des virus SARS-CoV-2 de patients...
Impossible de faire atterrir en douceur un rover ou une sonde spatiale sur Mars sans intelligence...
Un chercheur de l’UNIGE a compilé toute la littérature des cinq dernières années liant...
Pour la première fois, la combinaison de deux techniques d’imagerie permet de visualiser et de...
Les matériaux photoactifs utilisés dans les OLEDs, l’imagerie médicale ou certains dispositifs...
Le volcan Merapi, situé à Java en Indonésie, voit régulièrement des dômes de lave...
Des chiens ont accompagné certains des premiers habitants des Amériques, il y a 16 à 17 000...
Les villes favorisent des pratiques propices à la dissémination et au développement de certains...
La spintronique offre des solutions nouvelles à la réalisation de composants mémoire et logique...
Une équipe du SCCL a découvert que les lymphocytes T CD4, qui jouent habituellement un rôle de...
Au cours de ces dernières décennies, il a été observé que la banquise s’est étendue au...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales