Posté par Adrien le Vendredi 11/01/2019 à 08:00
Au Canada, le radiotélescope CHIME détecte un deuxième sursaut radio rapide répétitif

Le radiotélescope CHIME
Une équipe de scientifiques canadiens a découvert un deuxième sursaut radio rapide répétitif. Les sursauts radio rapides (FRB) sont de courtes impulsions d’ondes radio provenant d’une source située bien au-delà des confins de notre galaxie, la Voie lactée. Selon les scientifiques, ces sursauts émaneraient de phénomènes astrophysiques puissants qui se produisent à des milliards d’années-lumière de la Terre.

La découverte du signal extragalactique est l’un des premiers résultats fort attendus du radiotélescope CHIME (Expérience canadienne de cartographie de l’intensité de l’hydrogène), inauguré à la fin de 2017 par des scientifiques de l’Université de la Colombie?Britannique, de l’Université McGill, de l’Université de Toronto, de l’Institut Périmètre de physique théorique et du Conseil national de recherches du Canada.

Le FRB répétitif est l’un des 13 sursauts détectés au cours d’une période d’à peine trois semaines pendant l’été 2018. Cette découverte démontre clairement les capacités du nouveau télescope, qui n’en était alors qu’à l’étape de prédémarrage et ne fonctionnait qu’à une fraction de sa capacité. Situé dans la vallée de l’Okanagan, en Colombie-Britannique, le télescope a enregistré d’autres sursauts du FRB répétitif au cours des semaines suivantes.

Cette découverte laisse supposer l’existence d’autres FRB répétitifs

Parmi la soixantaine de sursauts observés, un seul FRB répétitif provenant d’une source unique avait été détecté, cette fois par le radiotélescope Arecibo à Puerto Rico, en 2015.

"Jusqu’à ce moment-là, nous ne connaissions l’existence que d’un seul FRB répétitif. La découverte de ce deuxième cas nous permet de croire qu’il pourrait y en avoir d’autres. Si nous pouvions étudier plus de FRB répétitifs et plus de sources, nous pourrions peut-être découvrir la provenance de ces phénomènes et leurs causes", indique Ingrid Stairs, membre de l’équipe CHIME et astrophysicienne à l’Université de la Colombie-Britannique.

Avant que CHIME commence à enregistrer des données, certains scientifiques se demandaient si la gamme de fréquences radio couverte par le télescope serait trop basse pour que les sursauts radio rapides soient détectés. La plupart des FRB avaient été détectés à des fréquences avoisinant les 1 400 MHz, soit bien au-dessus de la gamme du télescope canadien, qui va de 400 à 800 MHz.

Les résultats de l’équipe CHIME, divulgués dans deux articles publiés dans le magazine Nature le 9 janvier 2019 et présentés le même jour à l’occasion du congrès de la Société américaine d’astronomie, à Seattle, ont dissipé ces doutes puisque la majorité des 13 sursauts ont été détectés aux fréquences les plus basses couvertes par CHIME. Dans certains de ces cas, le signal était si clair qu’il est permis de croire que d’autres FRB seraient détectables à des fréquences inférieures à 400 MHz.

Les FRB émanent probablement d’"endroits spéciaux" parmi les galaxies

La majorité des 13 FRB détectés ont montré des signes de dispersion, un phénomène qui donne des renseignements sur l’environnement d’une source d’ondes radio. En étudiant l’étalement de la dispersion, l’équipe CHIME a conclu que les sources de FRB sont des objets astrophysiques puissants se situant fort probablement dans des endroits ayant des caractéristiques particulières.

"Un FRB pourrait provenir d’un amas dense, comme un reste de supernova, ou encore d’un point situé près du trou noir central d’une galaxie, explique Cherry Ng, membre de l’équipe et astronome à l’Université de Toronto. Une chose est sûre: la dispersion observée nous indique qu’il s’agit d’un endroit spécial."

Une nouvelle piste

Depuis la première détection de FRB, les scientifiques rassemblent les caractéristiques des signaux pour élaborer des modèles qui pourraient révéler les sources de ces sursauts mystérieux et donner une idée de leur environnement. Toutefois, la détection de FRB à basse fréquence entraînera la révision de certaines théories.

"Peu importe la source de ces ondes radio, c’est intéressant de constater la vaste gamme de fréquences produites. Selon certains modèles, la source ne peut rien produire en deçà d’une certaine fréquence", précise Arun Naidu de l’Université McGill, également membre de l’équipe.

"[Nous savons maintenant que] les sources produisent des ondes radio de basse fréquence qui peuvent s’échapper de leur environnement sans trop se disperser avant d’atteindre la Terre et d’être détectées. Ce phénomène nous informe sur les environnements et les sources. Nous n’avons pas résolu l’énigme, mais nous avons plusieurs indices supplémentaires", affirme Tom Landecker, membre de l’équipe CHIME rattaché au Conseil national de recherches du Canada.

Au sujet de CHIME

CHIME est un nouveau télescope conçu et construit par des astronomes canadiens. "CHIME recompose l’image du ciel en traitant les signaux radio captés par des milliers d’antennes au moyen d’un système imposant, explique Kendrick Smith, de l’Institut Périmètre de physique théorique. CHIME possède le système de traitement le plus gros parmi tous les télescopes de la Terre, ce qui lui permet d’observer d’immenses portions du ciel en même temps."

CHIME est le fruit d’une collaboration entre plus de 50 scientifiques provenant de l’Université de la Colombie-Britannique, de l’Université McGill, de l’Université de Toronto et du Conseil national de recherches du Canada. L’investissement de 16 millions de dollars a été réalisé par la Fondation canadienne pour l’innovation et les gouvernements de la Colombie-Britannique, de l’Ontario et du Québec. Un financement supplémentaire a été accordé par l’Institut Dunlap d’astronomie et d’astrophysique, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et l’Institut canadien de recherches avancées. Le télescope se trouve à l’Observatoire fédéral de radioastrophysique du Conseil national de recherches du Canada, près de Penticton, au coeur des montagnes de la vallée de l’Okanagan, en Colombie-Britannique.
Dernières news
La surpêche modifie la composition des communautés de poissons, ce qui peut affecter la manière dont les espèces interagissent les unes avec les autres ainsi...
Des astrophysiciens ont recueilli des preuves directes de la cristallisation de naines blanches. Dans certains cas, ces étoiles ont ralenti leur vieillissement de près...
La plupart des mutations sont délétères. Sans sélection naturelle, elles s’accumuleraient et diminueraient peu à peu la survie des organismes. Une étude du...
Des noyaux de Bore-20 et 21 ont récemment été produits pour la première fois au RIKEN-RIBF situé au Japon. Cette performance aux limites des capacités actuelles...
Les chercheurs du programme Graphene Flagship ont mis au point des dispositifs spintroniques à base de graphène utilisant à la fois la charge électronique et le spin...
Des chercheurs de l’UNIGE ont découvert que les photons expulsés lors de la création d’un trou noir paraissent désordonnés, alors qu’ils sont en fait...
Du rôle de ses bandes blanches à sa lutte pour la reproduction en passant par son hermaphrodisme, le poisson-clown n’a pas fini de nous étonner. Retour sur la...
Les écosystèmes riches en biodiversité sont plus stables face à la plupart des perturbations, telles que les sécheresses, les canicules ou les apports de...
Cultivées dans le monde entier, les variétés hybrides F1, malgré leurs atouts indéniables, demeurent coûteuses à produire. Mais plus pour longtemps. En modifiant...
[i]Un code de calcul massivement parallèle pour une simulation ab-initio réaliste et prédictive de l’interaction laser-matière à ultra-haute...
Mettre un pied devant l’autre, rien de plus simple en apparence. Les chercheurs en neurosciences et en biomécanique vont pourtant de surprise en surprise, comme...
Le contenu en grains de pollen des sédiments lacustres a permis de retracer l’histoire des biomes montagnards du Cameroun au cours des derniers 90 000 ans. Cette...
Les jonctions métalliques sont des éléments majeurs de tout dispositif électronique intégré et le courant électrique passe au travers de ces jonctions par un...
Des procédés chimiques bien rodés révèlent parfois des surprises. En marquant une longue pause lors de la formation d’oxydes métalliques, des chercheurs du...
Une équipe du Département de chimie utilise un composé connu depuis des décennies pour synthétiser de nouvelles molécules thérapeutiques La nature renferme un...
Les déchets plastiques se fragmentent en micro- et nanoparticules, et libèrent également du carbone organique dissous dont les additifs plastiques qui seraient...
Comment mieux transporter et délivrer les principes actifs anticancéreux au niveau des cellules malades ? Des chercheurs de l’Institut Galien Paris-Sud (IGPS,...
Depuis son ouverture au mois d’avril 2018, le Planétarium et le Centre d’Accueil des Visiteurs de l’ESO Supernova a partagé les merveilles de l’Univers avec...
Certaines éponges méditerranéennes, de la famille des Crambeideae, se protègent des prédateurs en émettant en permanence un nuage d’alcaloïdes tout autour...
Selon de plus en plus de scientifiques, l’un des principaux déterminants de la douleur chronique - ennui de santé le plus lourd en raison tant de sa prévalence que...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales