Posté par Adrien le Dimanche 16/02/2020 à 08:00
Bételgeuse sur le point d'exploser en supernova ? Baisse sans précédent de sa luminosité
Les télescopes de l’ESO scrutent la baisse de luminosité de surface de l’étoile Bételgeuse

Grâce au Very Large Telescope (VLT) de l’ESO, les astronomes ont capturé une image figurant l’affadissement sans précédent de Bételgeuse, une supergéante rouge de la constellation d’Orion. Les récents clichés témoignent, non seulement de la baisse de luminosité de la supergéante rouge, mais également des modifications de sa forme apparente.

Sur cette vue d’artiste figure la supergéante rouge Bételgeuse telle qu’elle apparaît au moyen de diverses techniques de pointe utilisées sur le Very Large Telescope de l’ESO par deux équipes distinctes d’astronomes afin d’obtenir les images les plus détaillées à ce jour de l’étoile. Sur ces clichés, Bételgeuse apparaît dotée d’un vaste panache de gaz aussi étendu que notre Système Solaire et d’une gigantesque bulle bouillonnant à sa surface. Ces découvertes offrent d’importantes clés de compréhension de l’intense perte de matière par ces monstres stellaires. Sur cette vue d’artiste figurent également une échelle, en unités de rayons de Bételgeuse, et une comparaison avec le Système Solaire.
Crédit: ESO/L. Calçada

Bételgeuse a longtemps constitué, pour les observateurs stellaires, un phare dans le ciel nocturne. L’année passée toutefois, sa luminosité a commencé à diminuer. Sa luminosité actuelle représente seulement 36% de sa luminosité normale, un changement nettement visible à l’oeil nu. Les passionnés d’astronomie et les scientifiques espéraient mieux comprendre cette baisse de luminosité sans précédent.

Une équipe dirigée par Miguel Montargès, astronome à la KU Leuven de Belgique, observe l’étoile au moyen du Very Large Telescope de l’ESO depuis décembre dernier, dans le but de comprendre la raison de sa soudaine baisse de luminosité. Au tout début de leur campagne d’observations, ils ont acquis une surprenante nouvelle image de la surface de Bételgeuse avec l’instrument SPHERE.

L’équipe avait déjà observé l’étoile au moyen de SPHERE en janvier 2019, avant que sa luminosité ne décroisse. Nous disposons ainsi de deux clichés de Bételgeuse témoignant de l’avant et de l’après baisse de luminosité. Acquises en lumière visible, ces images figurent les changements intervenus, tant dans la brillance que dans la forme apparente de l’étoile.

La supergéante rouge Bételgeuse dans la constellation d’Orion subit une baisse de luminosité sans précédent. Cette surprenante image de la surface de l’étoile acquise en fin d’année dernière au moyen de l’instrument SPHERE qui équipe le Very Large Telescope de l’ESO, est l’une des toutes premières obtenues dans le cadre d’une campagne d’observations visant à comprendre la raison de l’affadissement de l’étoile. Une rapide comparaison avec l’image acquise au mois de janvier 2019 montre combien l’étoile a vu sa luminosité décroître et sa forme apparente varier.
Crédit: ESO/M. Montargès et al.

De nombreux astronomes amateurs se sont demandés si la baisse de luminosité de Bételgeuse signifiait qu’elle était sur le point d’exploser. A l’image des autres supergéantes rouges, Bételgeuse se changera un jour en supernova. Toutefois, les astronomes ne pensent pas que ce soit actuellement le cas. D’autres hypothèses sont susceptibles de rendre compte de ces changements de forme et de brillance apparente dont témoignent les images de SPHERE. “Nous travaillons actuellement sur deux scénari: l’un repose sur un refroidissement de la surface généré par une activité stellaire exceptionnelle, l’autre sur l’éjection de poussière le long de la ligne de visée”, précise Miguel Montargès (1). “Bien sûr, notre connaissance des supergéantes rouges demeure aujourd’hui encore incomplète. Des études sont en cours, une surprise est donc toujours susceptible de se présenter.”

Miguel Montargès et son équipe ont eu recours au VLT implanté au sommet du Cerro Paranal au Chili pour étudier l’étoile située à plus de 700 années lumière de la Terre, et recueillir des indices relatifs à sa baisse de luminosité. “L’Observatoire Paranal de l’ESO est l’une des rares installations capables d’imager la surface de Bételgeuse”, précise-t-il. Les instruments qui équipent le VLT de l’ESO permettent d’effectuer des observations sur une large gamme de longueurs d’onde s’étendant du visible à l’infrarouge moyen, offrant aux astronomes la possibilité d’observer tant la surface de Bételgeuse que la matière située en périphérie. “C’est le seul moyen dont nous disposons pour comprendre ce qui arrive à cette étoile.”

Une autre image, acquise au moyen de l’instrument VISIR qui équipe le VLT, montre la lumière infrarouge émise par la poussière qui entoure l’étoile Bételgeuse au mois de décembre 2019. Ces observations ont été menées par une équipe emmenée par Pierre Kervella de l’Observatoire de Paris, France. La longueur d’onde de l’image est semblable à celle qu’utilisent les caméras thermiques. Les nuages de poussière, qui jaillissent telles des flammes sur l’image de VISIR, se forment lorsque l’étoile expulse sa matière constituante dans l’espace.about:privatebrowsing

“L’expression ‘nous sommes tous composés de poussière d’étoiles’ est fréquente en astronomie populaire. Mais quelle est l’origine précise de cette poussière” soulève Emily Cannon, doctorante à la KU Leuven qui travaille sur les images de supergéantes rouges acquises par SPHERE. “Au cours de leur existence, les supergéantes rouges telle Bételgeuse produisent et expulsent de vastes quantités de matière avant même d’exploser en supernova. La technologie moderne nous a permis d’étudier ces objets situés à des centaines d’années lumière de la Terre dans des détails sans précédent, nous offrant l’opportunité de comprendre la raison de leur perte de masse.”

Note:

La surface irrégulière de Bételgeuse est parsemée de vastes cellules convectives qui se déplacent, rétrécissent et gonflent alternativement. En outre, l’étoile pulse. Ces battements de coeur rendent compte de ses variations périodiques de luminosité. Les changements de convection et de pulsation observés à la surface de Bételgeuse témoignent simplement de son activité stellaire.
Dernières news
L’Agence spatiale européenne (ESA) et l’entreprise d’État pour les activités spatiales Roskosmos ont décidé de reporter à 2022 le lancement de la deuxième...
Quelques-unes des clés de la compréhension de l’origine du système solaire se trouvent à l’intérieur des planètes géantes. Si la sonde spatiale Juno a...
Une équipe du laboratoire Navier, en collaboration avec l'université du Delaware (Etats-Unis), a identifié un nouveau processus responsable du vieillissement des...
La gaine embryonnaire est une couche de glycoprotéines entourant l’embryon qui a été décrite chez la plante modèle Arabidopsis thaliana. Dans un article publié...
Une collaboration française impliquant le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) a étudié une archive sédimentaire atypique: les matières accumulées entre mai 2015 et mars 2016 dans...
Dans une même expérience et pour un même matériau, des physiciennes et des physiciens ont pour la première fois mesuré la chiralité de l'organisation magnétique...
De nombreux phénomènes permettent de stocker des données au format binaire, comme les changements d’état magnétique dans les matériaux dits à transition de...
Comme beaucoup de ses collègues, le professeur Andrés Finzi, du Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l’Université de Montréal, réoriente...
L’impact artificiel produit par la mission spatiale Hayabusa2 sur l’astéroïde Ryugu: un cratère bien plus grand que prédit ! Quelle est la dimension d’un...
Grâce à une étude de terrain en Chine, une collaboration internationale impliquant le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) démontre que la culture de bambous Moso atténue le...
Au sein des cellules, des protéines appelées facteurs de transcription, reconnaissent spécifiquement diverses molécules. Des chercheurs du LCPO (CNRS/Université de...
Une première preuve de concept de stack pile à combustible PEMFC de 1 kWatt avec des composants imprimés a été réalisée. Outre la diminution des coûts grâce à...
Le projet EmoDémos, mené auprès d’enfants de 7 à 12 ans et dirigé par l’UNIGE, démontre que pratiquer un instrument au sein d’un orchestre peut faciliter...
La marée: un ingrédient essentiel de la dispersion des eaux douces du panache de l’Amazone dans l’océan Atlantique tropical Le panache d’eau douce du fleuve...
L’équipe de Julie Hussin, composée d’une dizaine de chercheurs en bio-informatique, s’attaque à la caractérisation génétique du coronavirus responsable de la...
Une croissance juvénile optimale repose sur une alimentation diversifiée et des études récentes démontrent le rôle important du microbiote intestinal dans ce...
Face à un virus encore mal connu, la recherche a besoin de tous les moyens pour lutter contre le COVID-19. Conçu, hébergé et maintenu à jour par des chercheurs et...
Dans les cellules photovoltaïques, l'absorption d'un photon par un matériau semi-conducteur crée une paire électron-trou (appelée exciton), résultant de...
Le record du monde d’Usain Bolt sur 200 mètres n'a pas été battu depuis 10 ans, et celui de Florence Griffith Joyner depuis plus de 30 ans. Et si les mathématiques...
Mépris, blâme, désinformation: guidées par la peur, les réactions des gens à la pandémie de COVID-19 empirent parfois une situation déjà complexe. Pourquoi...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales