Posté par Isabelle le Lundi 10/01/2022 à 13:00

Attention à évaluer complètement l’efficacité de cultures bioénergétiques


(c)igaguri_1
Selon une collaboration coordonnée par le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ), il est nécessaire de prendre en compte les effets biophysiques de cultures bioénergétiques (avec capture et séquestration de CO2) pour évaluer correctement leur efficacité dans la lutte contre le changement climatique.

Exploiter la biomasse à des fins énergétiques tout en capturant et séquestrant le carbone, telle est la promesse des technologies BECCS (Bioenergy with carbon capture and storage). Alors que le bois de chauffage ne permet de stocker du CO2 qu'au cours de la vie de l'arbre, ces technologies piègeraient durablement le carbone dans des formations géologiques et donc, produiraient des "émissions de carbone négatives". Un levier pour espérer faire un jour basculer le bilan carbone des activités humaines dans le vert...

Les BECCS restent cependant controversées en raison des besoins en eau et en nutriments pour produire la biomasse, et du risque que ces cultures occupent des terres arables ou soient établies sur des forêts, causant des pertes de carbone. Il est donc important d'étudier tous les aspects de leur impact sur le climat.

Remplacer des cultures de plantes annuelles par des cultures bioénergétiques n'est pas neutre vis-à-vis des propriétés biophysiques de la surface terrestre. Un retour d'expérience aux États-Unis semble montrer des effets nets de refroidissement régional mais le bilan de telles cultures reste flou à l'échelle mondiale. Plusieurs facteurs influencent le bilan énergétique de la surface terrestre:
- des couleurs plus claires favorisent la réflectivité du rayonnement solaire (albédo) ;
- l'eau évaporée au niveau du sol et "transpirée" par les plantes (évapotranspiration) a un effet refroidissant dans les basses couches de l'atmosphère ;
- un changements de couverture des terres joue sur la résistance aérodynamique au transfert de chaleur vers l'atmosphère.

Tous ces changements impactent le climat et modifient la température de l'air à l'échelle locale et régionale.

En utilisant un modèle couplé atmosphère-terre, une équipe internationale a simulé les effets biophysiques de technologies BECCS sur la base de quatre types de cultures bioénergétiques ligno-cellulosiques:
- l'eucalyptus,
- le peuplier et le saule,
- le miscanthus (ou herbe à éléphant qui peut atteindre une hauteur de 4 mètres),
- le panic érigé (ou millet vivace qui peut atteindre une hauteur de 1,30 mètre).

Leurs résultats montrent que dans un scénario où les cultures bioénergétiques BECCS occupent 3,8 % de la surface terrestre mondiale - une valeur comparable à celles retenues pour les scénarios socio-économiques utilisant les BECCS pour contenir le réchauffement en dessous de 2°C - la température moyenne mondiale de l'air diminue de 0,03 à 0,08℃, mais avec de forts contrastes régionaux.

Les cultures bioénergétiques ligneuses induisent des effets de refroidissement plus forts que les cultures herbacées en raison de leur taux d'évapotranspiration plus important et de leur résistance aérodynamique plus faible.

À l'échelle continentale, les changements de température de l'air ne sont pas proportionnels à la surface cultivée. Des tests de sensibilité montrent que l'effet refroidissant est garanti pour l'eucalyptus mais plus incertain pour le millet vivace.

Cette étude indique l'importance des effets biophysiques des cultures bioénergétiques, qui doivent être pris en compte lors de l'évaluation de la capacité d'atténuation climatique des technologies BECCS.

Références:
Global cooling induced by biophysical effects of bioenergy crop cultivation, Nature Communications
Dernières actualités
En analysant les propriétés de la lumière émise par une diode électroluminescente...
Il y a 4 500 ans, en Mésopotamie, l’élite utilisait pour se déplacer et pour faire la guerre...
Nous vivons dans une "bulle" d’environ 1000 années-lumière de large, à la surface de laquelle...
Mars possède une basse atmosphère encline à la turbulence. Sa fine atmosphère, généralement...
Une bactérie potentiellement mortelle pour les porcs est apparue pour la première fois chez des...
Les diodes électroluminescentes ou LED, composants des ampoules basse consommation actuelles, sont...
Une équipe internationale comprenant des chercheurs français, issus notamment de l’Observatoire...
Une équipe internationale (France, Angleterre, USA, Danemark) de scientifiques a estimé les taux...
En plus de la vieillesse et de certaines maladies sous-jacentes, la génétique peut avoir une...
La mission PLATO de l'ESA a reçu le feu vert pour poursuivre son développement après la revue...
Si 2021 n’a été "que" la sixième année la plus chaude en 150 ans, elle fait partie d’une...
Des chercheurs de l'Irig décrivent pour la première fois les voies d'entrée de l'uranium dans...
La communauté scientifique s’intéresse de plus en plus aux échauffements stratosphériques1....
Les astronomes ont poussé plusieurs soupirs de soulagement depuis Noël. Le télescope James-Webb...
L'altération chimique des roches a un impact significatif sur la régulation du climat mondial à...
Un groupe international de 78 chercheurs de 49 institutions, incluant le CEA-Irfu, détaille les...
Une équipe de recherche de l’UNIGE et des HUG est parvenue à identifier certains signaux...
Des espaces de travail collaboratifs homme-robot le long de la ligne de production pourraient...
Il y a bien longtemps que les livres consacrés aux régimes alimentaires ou aux conseils de santé...
Des scientifiques de l’UNIGE ont découvert que le gras pourrait aider le pancréas à...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales