Posté par Redbran le Vendredi 30/09/2022 à 13:00

S’associer pour se déplacer: une ancienne énigme de la métallurgie résolue !

L’alliance du calcul et de la microscopie électronique "in situ" ont permis de résoudre un mystère vieux de plus de 50 ans lié la déformation plastique des métaux cubiques centrés.

Image de microscopie électronique in situ à -170ºC montrant des dislocations qui assurent la déformation plastique du niobium (la largeur de la photo correspond à 2 micromètres).
Crédit: CEMES

La résistance mécanique et la contrainte de déformation des cristaux sont contrôlées par le mouvement des dislocations, des lignes de défauts cristallins qui se déplacent quand le matériau est déformé, et qui rendent compte de la grande plasticité de la plupart des métaux et alliages. Dans la plupart des cristaux, les dislocations se déplacent préférentiellement dans les plans cristallographiques où la contrainte motrice est la plus forte. En revanche, la situation est plus complexe dans les métaux de structure cubique centrée (un type de cristal très répandu, la structure du niobium, du fer ou du tungstène par exemple), où les dislocations peuvent glisser dans des plans beaucoup moins sollicités à basse température. Ce glissement dit "anomal" a été observé pour la première fois en 1969, mais son origine n’a jamais été élucidée.

En réalisant des expériences de déformation pendant l’observation sous un microscope électronique à transmission, des chercheurs du Centre d'élaboration de matériaux et d'études structurales (CEMES, CNRS) et du CEA ont suivi en temps réel et caractérisé précisément le mouvement des dislocations sous contrainte.

Ainsi, les scientifiques ont pour la première fois observé que dans du niobium déformé à -170°C, le glissement anomal est dû au mouvement extrêmement rapide (plusieurs ordres de grandeur supérieur à celui des dislocations individuelles) d’un assemblage de 4 dislocations appelé multi-jonction. Ce mode de déplacement a constitué une réelle surprise, car de telles multi-jonctions n’avaient jamais été observées auparavant, et la théorie de l’élasticité ne prévoyait pas leur existence dans les métaux faiblement anisotropes comme le tungstène. Ce travail a montré que non seulement elles existent dans des régimes dynamiques, mais qu’elles sont en fait responsables du glissement anomal dans presque tous les métaux de structure cubique centrée.

Par différence entre deux images séparées de 40 millisecondes, le mouvement coordonné de quatre dislocations est mis en évidence. Crédit: CEMES

Cette avancée a été réalisée grâce à l’observation d’échantillons de niobium et de tungstène ultra-purs dans un microscope électronique du CEMES équipé pour les études dynamiques sous contrainte mécanique. En parallèle, des simulations numériques à l’échelle atomique ont reproduit l’évolution des configurations observées, confirmant l’interprétation proposée. Ce travail est publié dans la revue Nature.

Références:
Anomalous slip in body-centred cubic metals.
D. Caillard, B. Bienvenu et E. Clouet, Nature, paru le 28 décembre 2021.
DOI: 10.1038/s41586-022-05087-0
Dernières actualités
La convergence en ce moment de trois virus offre une opportunité inédite à des chercheurs de...
Une équipe internationale de scientifiques révèle la complexité de l’évolution des...
Pour les microorganismes qui vivent dans le sol des forêts boréales, toutes les perturbations ne...
Une équipe internationale d’astrophysiciens dont certains du CNRS-INSU (voir encadré) a mesuré...
La physique peut servir à beaucoup de choses. Par exemple, déterminer l’angle par lequel le...
Les chauves-souris sont porteuses d’une multitude de virus, pathogènes pour la plupart des...
Les pérovskites hybrides forment une classe de semi-conducteurs très prometteuse pour la...
La disposition générale des visages est commune à de nombreuses espèces de vertébrés....
Le stress et la faim: ce sont deux des facteurs qui peuvent laisser une empreinte sur les gènes...
Les analogues du Glucagon like peptide 1 (GLP-1 A) font partie de l’arsenal pharmacologique pour...
Les matériaux magnétocaloriques (MMCs) sont des solides magnétiques dont la température change...
Le guidage cellulaire par des signaux chimiques ou physiques est essentiel à de nombreux processus...
Connu pour renvoyer des images époustouflantes vers la Terre, le télescope spatial James-Webb...
Quelle est la différence entre faire cuire de la nourriture et la brûler ? À 780 000 années de...
Mesurer la capacité de régénération des communautés de poissons de récifs coralliens est...
Y a-t-il un langage commun aux théories du complot, qui permettrait donc de les repérer ? C’est...
Secret de polichinelle: pour bien performer sur le plan cognitif, il faut bien dormir. Mais...
Si la majorité des Français a été vaccinée contre la Covid-19, les taux de vaccination varient...
Alors que ceux qui nient le réchauffement climatique les accusent encore d’être des...
Trois études conduites par un consortium mondial et publiées dans les revues Molecular...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales