Posté par Isabelle le Jeudi 04/08/2022 à 13:00

L’anaplasmose de Sparouine, une nouvelle zoonose transmise par les tiques découverte en Guyane

Les tiques sont responsables de la transmission de nombreuses zoonoses, qui sont des maladies infectieuses transmises de l’animal à l’humain. Une étude publiée dans le journal Emerging Infectious Diseases le 8 août 2022 vient de mettre en évidence une nouvelle zoonose transmise par les tiques dans une région reculée de Guyane. Cette maladie, l’anaplasmose de Sparouine, a été découverte suite à l’infection d’un orpailleur vivant au coeur de la forêt tropicale humide. L’infection de ses globules rouges par une bactérie inconnue jusqu’alors a entraîné une dégradation sévère de son état de santé et a nécessité son hospitalisation. Ces travaux montrent également que des bactéries génétiquement proches circulent parmi les tiques et des mammifères d’Amérique du Sud qui pourraient constituer les réservoirs naturels de l’infection.

Représentation de la diversité des espèces de tiques présentes en Guyane. Crédits: Florian Binetruy et Olivier Duron.

Vecteurs majeurs d’agents pathogènes, les tiques sont particulièrement bien connues en Europe pour leur rôle dans la propagation de zoonoses comme la maladie de Lyme. En se nourrissant au dépend de la faune sauvage, les tiques peuvent ensuite transmettre des pathogènes zoonotiques à l’humain. En Guyane, l’exploitation de zones naturelles reculées a conduit à l’émergence d’une nouvelle zoonose à tiques, inconnue jusqu’alors, l’anaplasmose de Sparouine.

L’anaplasmose de Sparouine est à ce jour une maladie rare avec un seul cas connu. Cependant, les conditions dans lesquelles cette maladie a été découverte sont illustratives des risques associés à l’exploitation de zones naturelles reculées. L’anaplasmose de Sparouine est apparue sur un site d’orpaillage illégal au coeur de la forêt tropicale humide de Guyane. Pour les populations vivant sur les sites d’orpaillage, la crainte des autorités entrave l’accès aux centres de santé et les épidémies de paludisme y apparaissent régulièrement. C’est justement une campagne d’étude du paludisme, avec l’examen de plus de 360 prélèvements sanguins, qui a mis en évidence la présence d’une nouvelle bactérie pathogène, Anaplasma sparouinense, et ainsi la découverte fortuite de l’anaplasmose de Sparouine.

Lors du premier prélèvement sanguin en 2019, le patient ne présentait aucun symptôme particulier, bien que de nombreux globules rouges présentaient alors des inclusions cytoplasmiques indiquant une quantité importante de bactéries. Dix-huit mois plus tard, le patient a été admis au Centre Hospitalier de Cayenne pour fièvre, myalgies, céphalées, épistaxis et anémie sévère. Une large investigation microbiologique avait alors permis d'exclure la présence d’agents infectieux courants, et seul un examen ADN, réalisé a posteriori, a permis la découverte d’Anaplasma sparouinense. Le patient présentait un facteur de comorbidité, ayant subi dans le passé une splénectomie (ablation chirurgicale de la rate suite à une blessure traumatique) qui a pu aggraver les effets de l’infection. Un traitement antibiotique sur trois semaines a heureusement conduit au rétablissement du patient qui a pu ensuite quitter l’hôpital.

Ce nouvel agent pathogène appartient au genre bactérien Anaplasma, dont la bactérie la plus connue est Anaplasma phagocytophilum, responsable de l’anaplasmose granulocytaire humaine. Cette zoonose émergente est responsable chaque année de plusieurs centaines de cas, parfois mortels. Les études génétiques ont révélé que Anaplasma sparouinense est un nouvel agent infectieux, différent de toutes les espèces connues d’Anaplasma. Des analyses phylogénétiques ont également établi que des souches bactériennes proches sont naturellement présentes chez des paresseux et des tiques collectées sur des coatis au Brésil.

Ces analyses montrent qu’il existe en réalité tout un groupe Sud-Américain d’Anaplasma émergeants, dont Anaplasma sparouinense est le premier membre décrit comme infectieux pour l’humain. La vie sur le site d’orpaillage, en contact direct avec la faune sauvage, fut sans doute un facteur déterminant pour le passage de l’agent infectieux vers l’humain.

Il est encore trop tôt pour affirmer l’importance qu’aura l’anaplasmose de Sparouine dans le futur, et quel risque sanitaire la maladie pourrait alors présenter pour les populations sud-américaines. Sa simple existence nous rappelle toutefois que notre connaissance de la diversité des agents pathogènes circulant dans les zones naturelles reculées reste encore très partielle. L’expansion des activités humaines dans ces régions conduira inévitablement les populations à s’exposer au risque d’émergence de zoonoses similaires.

Centres:
- Maladies infectieuses et vecteurs: écologie, génétique, évolution et contrôle (MIVEGEC - CNRS / IRD / Université de Montpellier)
- Centre d'infection et d'immunité de Lille (CIIL - CNRS / CHU de Lille / Inserm / Institut Pasteur de Lille / Université de Lille)

Référence:
Duron O, Koual R, Musset L, Buysse M, Lambert Y, Jaulhac B, Blanchet D, Drak Alsibai K, Lazrek Y, Epelboin L, Deshuillers P, Michaud C & Douine M. A case of novel chronic anaplasmosis in splenectomized patient in Amazon rainforest.Emerging Infectious Diseases (sous presse)

Contacts:
- Olivier Duron - Maladies infectieuses et vecteurs: écologie, génétique, évolution et contrôle (MIVEGEC - CNRS / IRD / Université de Montpellier) - olivier.duron at cnrs.fr
- Katia Grucker - Correspondant communication - Maladies Infectieuses et Vecteurs: Ecologie, Génétique, Evolution et Contrôle ( MIVEGEC - CNRS / IRD / Université de Montpellier ) - katia.grucker at ird.fr
Dernières actualités
À l’est du continent Africain, la terre se fracture depuis déjà 25 millions d’années. À...
Les personnes souffrant d’une forme grave de diabète, où les cellules bêta du pancréas ne...
Les Perséides sont de retour ! A moins que... Apportant généralement l'une des pluies...
Les zones de subduction représentent des lieux privilégiés de recyclage de la matière sur...
Les écosystèmes herbacés (prairies, savanes) abritent une grande biodiversité et contribuent à...
Des scientifiques ont mis au point un prototype de robot miniature qui pourrait se faufiler à...
Les fluides rhéoépaississants sont des suspensions colloïdales caractérisées par une...
La protéine StbA, impliquée dans le contrôle de la propagation de matériel génétique entre...
Les tiques sont responsables de la transmission de nombreuses zoonoses, qui sont des maladies...
Les douleurs chroniques neuropathiques touchent 8% de la population en France et sont très mal...
La découverte du boson de Higgs en 2012 par les expériences Atlas et CMS au Cern a ouvert une...
La disparition du chromosome Y dans certaines cellules avec l’âge pourrait mettre la vie des...
La collaboration H.E.S.S. a mené depuis plusieurs années une vaste campagne d’observations pour...
Si vous avez déjà vu un quiscale voler la nourriture sèche de votre chien ou un étourneau...
En août 2022, deux avions de recherche, véritables laboratoires volants, survoleront l’océan...
Des scientifiques du CNRS, de l’Institut Curie, et de Sorbonne Université ont pu, pour la...
Une équipe de recherche internationale révèle pour la première fois l’origine des neutrinos,...
Sous influence de la pollution à l’ozone, les abeilles ne font plus la distinction entre les...
Les neurones communiquent entre eux par des synapses, zones de contact rapproché où des...
Le rôle central des insectes dans la pollinisation des plantes à fleurs est très connu, mais...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales