Posté par Redbran le Dimanche 08/09/2019 à 14:00
Améliorer les capacités et l’efficacité des aéroports en modifiant les normes

© Techno-Science.net
Une initiative de l’UE a testé avec succès une nouvelle technique pour réduire les distances réglementaires entre les aéronefs sans réduire pour autant le niveau de sécurité.

Avez-vous peur de prendre l’avion et vous suffit-il d’entendre le mot «turbulence de sillage» pour avoir aussitôt la chair de poule? Les turbulences de sillage se produisent lorsqu’un aéronef génère en vol un double tourbillon contre-rotatif similaire à une tornade. Ce phénomène fait l’objet de nombreuses études. En effet, ces tourbillons peuvent provoquer de violents mouvements de tangage, voire même faire se retourner de petits avions quand un engin de grande dimension passe à proximité.

Pour minimiser ces dangers potentiels, les aéronefs de petite et moyenne dimension doivent maintenir une distance de sécurité d’environ 10 km par rapport à leurs homologues de grande taille quand ceux-ci les précèdent. Aux fins de déterminer de manière plus précise l’espacement de sécurité pour les turbulences de sillage, plusieurs facteurs ont été pris en compte, notamment le poids de l’aéronef, sa vitesse, sa forme et son envergure, ainsi que la rapidité avec laquelle l’effet de sillage s’affaiblit et disparait.

Soutenus par le projet PJ02 EARTH, financé par l’UE, des experts ont analysé l’efficacité d’une nouvelle technique dont l’objectif est de réduire la durée de vie des tourbillons de sillage au cours de l’approche d’atterrissage. Un communiqué de presse publié par le Centre allemand pour l’aéronautique et l’astronautique (DLR), partenaire du projet, souligne que: «Les chercheurs ont recours à une configuration en parallèle de platines d’ancrages, brevetée par le DLR, qui accélère la vitesse de disparition des turbulences de sillage. Un système de mesure laser (lidar) est utilisé pour enregistrer en détail le comportement des tourbillons de sillage pour ensuite les évaluer.»

Du site de test à l’aéroport

Suite au succès des expérimentations effectuées dans un bassin d’essai, des simulations de flux et des essais en vol préalables menés sur le site du DLR à Oberpfaffenhofen, l’impact positif des platines a également été démontré au cours de tests réalisés à l’aéroport de Vienne. Cité dans le même communiqué, Frank Holzäpfel, rattaché à l’institut de physique atmosphérique du DLR explique que: «Les toutes premières évaluations des nouvelles données de mesure collectées à Vienne montrent que les tourbillons de sillage s’affaiblissent de manière nettement plus rapide à proximité des platines également.» Et le communiqué ajoute: «Les partenaires prévoient de travailler sur les spécifications et l’installation d’une infrastructure permanente intégrant ces platines au cours des deux prochaines années.»

Christian Kern, qui travaille chez Austro Control, partenaire du projet, souligne que: «Les résultats initiaux sont très encourageants, et, si l’efficacité des lignes de platines est totalement confirmée, ce qui devrait être le cas, elles permettront à l’avenir d’améliorer la sécurité et la capacité de tous les aéroports.»

Le projet en cours PJ02 EARTH (Increased Runway and Airport Throughput) a été lancé dans l’objectif d’améliorer les infrastructures et d’augmenter le débit du trafic, tout en garantissant la sécurité et en préservant l’environnement. Il prend en compte plusieurs facteurs, comme les tourbillons de sillage et les conditions météorologiques pour différents niveaux de demande de trafic, la capacité des futurs aéronefs et les configurations des aéroports.

Étant donnée la forte corrélation entre les tourbillons de sillage, le taux d’occupation des pistes d’atterrissage, l’amélioration des procédures d’approche et l’espacement radar minimal, le projet prévoit d’apporter une séquence améliorée avec des distances entre engins réduites, ce qui permettra à terme d’optimiser le débit des pistes. Le projet PJ02 EARTH intervient à point nommé dans la mesure où la possibilité de réduire en toute sécurité les normes d’espacement entre les aéronefs pourrait permettre d’accroitre la capacité et l’efficacité, ce qui, à son tour, permettra de réduire les retards des vols. Il en découlera un gain de temps et des économies de combustible, et donc une réduction de l’impact carbone du secteur de l’aviation.

Le site web du projet souligne que: «Bien qu’aucun déploiement ne soit prévu avant 2025 pour la plupart des nouveaux concepts liés au projet, certains éléments ont néanmoins déjà franchi cette étape. Cela concerne notamment l’espacement en temps (TBS) à London Heathrow (LHR) et le système RECAT EU et la réduction des espacements de sillage à Paris Charles de Gaulle (CDG).» RECAT EU permet la recatégorisation des catégories de turbulence de sillage de l’Organisation de l’aviation civile internationale et de l’espacement minimum associé en ce qui concerne certains aéronefs.

Pour plus d’informations, veuillez consulter:
site web du projet PJ02 EARTH
Dernières news
Installée en Allemagne et après seulement 23 jours de collecte de données, l’expérience KATRIN améliore déjà les erreurs de mesure des expériences...
Quel a été l’impact des réchauffements et refroidissements climatiques passés ? Une étude publiée dans la revue Ecology Letters impliquant des chercheurs de...
En combinant épidémiologie, modélisation mathématique et enquête historique, des chercheurs genevois et français confirment la longévité exceptionnelle de Jeanne...
Le télescope VISTA de l’ESO révèle une remarquable nouvelle vue du Grand Nuage de Magellan, l’un de nos plus proches voisins galactiques. VISTA a observé cette...
Mêmes atomes, mais formes différentes, certains produits avec une formule chimique identique présentent des propriétés parfois divergentes: une molécule pouvant...
À quel point pouvons-nous approximer un nombre irrationnel typique, comme Pi, par une fraction ? Cette question est loin d’être nouvelle en mathématiques, mais la...
La communauté internationale en climatologie est engagée dans un important exercice de simulations numériques du climat, passé et futur. Ses conclusions...
Les microtubules font partie du squelette des cellules. Des chercheurs de l'Irig montrent que les défauts dans leur structure s'avèrent utiles pour leur...
Du feu de bois au charbon, la combustion du carbone est une réaction omniprésente qui reste pourtant difficile à étudier. Des chimistes du Centre de Recherche Paul...
Une équipe internationale impliquant des chercheurs de l’Observatoire de Paris - PSL détecte des nuages moléculaires dans une galaxie située à 8 milliards...
Des chercheurs du Laboratoire plasma et conversion d'énergie, du Laboratoire d'optique appliquée et leurs collègues américains ont identifié une nouvelle...
Une collaboration entre l'Irfu et l'Université de Florence (Italie) est parvenue à réaliser la tomographie muonique d'un objet à partir de seulement trois prises de...
Des chercheurs du Laboratoire de chimie de coordination à Toulouse (CNRS) et de l’Institut des sciences chimiques de Rennes (CNRS/Université de Rennes 1/INSA...
La première campagne dédiée à l'observation directe d'exoplanètes a visé l'étoile Alpha du Centaure A depuis l'Observatoire austral européen (Chili). Elle...
L’infertilité touche de plus en plus de couples, et reste malgré tout difficile à étudier en raison de sa complexité. Récemment, une équipe de chercheurs de...
Deux semaines seulement après le lancement d’une expédition scientifique au large de la Guyane, les équipes de Greenpeace (1), en collaboration avec les chercheurs...
Plusieurs chercheurs du LSCE ont contribué au rapport spécial du Giec publié le 8 août 2019, consacré aux interactions entre terres émergées et climat. Cette...
Tous les êtres vivants ne perçoivent pas les mêmes conditions climatiques que celles mesurées par nos postes météorologiques situés à découvert et exposés aux...
Destinée aux télescopes Tcherenkov de CTA (Cherenkov Telescope Array), la caméra prototype NectarCAM développée par l'Irfu et ses partenaires a enregistré sa...
Une équipe de recherche internationale a élaboré une stratégie permettant de prédire les effets cliniques possibles de nouvelles molécules thérapeutiques à...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales