Posté par Adrien le Lundi 08/10/2018 à 08:00
Des agents anticancéreux existants pourraient profiter à plus de patients
Des médicaments anticancéreux à cible définie, les inhibiteurs de BRAF et de MEK, se sont révélés bénéfiques pour des patients souffrant d’un mélanome métastatique dont les tumeurs comportent une mutation précise du gène BRAF, dite V600E. Selon une étude réalisée récemment au laboratoire du Pr Peter Siegel, au Centre de recherche sur le cancer Goodman de l’Université McGill, ces mêmes médicaments pourraient être salutaires à un nombre plus étendu de patients atteints de cancer.

Les résultats de l’étude, publiés dans la revueClinical Cancer Research, montrent que ces médicaments peuvent aussi être efficaces pour des patients ayant d’autres mutations du gène BRAF, dites mutations de BRAF de classe 2. En ce moment, les patients atteints d’un mélanome ou d’un cancer du poumon chez qui l’on diagnostique des tumeurs avec mutations de BRAF de classe 2 n’ont aucune option thérapeutique ciblée. Ces patients sont traités uniquement par chimiothérapie ou médicaments d’immunothérapie par inhibiteurs du point de contrôle, qui bloquent les protéines empêchant le système immunitaire d’attaquer des cellules cancéreuses.

«L’immunothérapie par inhibiteurs du point de contrôle a amélioré considérablement les perspectives pour les patients atteints d’un mélanome métastatique ou du cancer du poumon, mais seulement pour la moitié de tous les patients traités avec ces médicaments», explique Matthew Dankner, étudiant en médecine et au doctorat au laboratoire du Pr Siegel et premier auteur de l’étude.«Nos résultats montrent une solution de deuxième intention: une thérapie médicamenteuse ciblée, sous forme de pilule, qui semble bien tolérée par les patients et qui a le potentiel d’améliorer leur survie et leur qualité de vie.»

L’intérêt des chercheurs pour les inhibiteurs de BRAF et de MEK approuvés cliniquement afin de traiter des mélanomes avec mutations de BRAF de classe 2 est une idée de la Dre April Rose, auteure principale de l’étude. La diplômée de la Faculté de médecine de l'Université McGill, qui a effectué son doctorat au laboratoire du Pr Siegel, a reçu en consultation un patient avec le Dr Catalin Mihalcioiu à la clinique d’oncologie du CUSM. Le mélanome métastatique de cette personne avait migré vers le cerveau. L’analyse génomique de sa tumeur a révélé une mutation de BRAF de classe 2 et Dankner a pu obtenir un échantillon du tissu.

Les chercheurs ont ensuite utilisé le tissu du mélanome pour créer un modèle murin unique de cancer humain. Les tumeurs murines dérivées de patients, comportant des mutations de BRAF de classe 2, ont été traitées avec les inhibiteurs de BRAF et de MEK et les tumeurs ont régressé. Les chercheurs ont ensuite testé les médicaments sur des cellules de mélanome dérivées de plusieurs autres patients présentant des mutations de BRAF de classe 2, et ils ont observé les mêmes résultats. «Tout s’est produit très vite; en quelques mois de travail sur cette question, nous savions que nous tenions quelque chose d’intéressant sur le plan scientifique, qui pourrait avoir une portée très utile pour les patients», relate la Dre Rose.

Lorsqu’un nouveau patient s’est présenté à la clinique d’oncologie du CUSM avec un mélanome métastatique et la même mutation de BRAF de classe 2, il a reçu les traitements ciblés qui avaient été testés en laboratoire; une régression tumorale partielle a été observée. «Les résultats des travaux de Matthew et d’April sont une importante étude de démonstration de principe indiquant qu’une combinaison de traitements existants pourrait constituer une option efficace pour un nouveau groupe de patients», souligne le Pr Siegel, professeur agrégé aux Départements de médecine, de biochimie et d’anatomie & biologie cellulaire à la Faculté de médecine de McGill et membre à temps plein du Centre de recherche sur le cancer Rosalind et Morris Goodman. Les travaux ont été menés en collaboration par des chercheurs de l'Université McGill (les docteurs Siegel, Watson, Mihalcioiu, Petrecca, Guiot et Park), de l’Université de Toronto (les docteurs Rose et Hogg) et de l’industrie (KEW Inc.).

La prochaine étape consistera à mener un essai clinique, actuellement en phase de développement au Princess Margaret Cancer Centre à Toronto, où la Dre Rose effectue sa résidence en oncologie médicale. L’essai englobera des patients atteints de différents types de cancer et porteurs de mutations de BRAF de classe 2, dont le mélanome et le cancer du poumon.

«Dual MAPK Inhibition Is an Effective Therapeutic Strategy for a Subset of Class II BRAF Mutant Melanomas» by Matthew Dankner, April A.N. Rose, Peter M. Siegel, et al a été publié en ligne dans Clinical Cancer Research le 3 octobre. DOI:10.1158/1078-0432.CCR-17-3384
Dernières news
Attaque par un virus puis prolifération mortelle de bactéries: un article scientifique, publié dans Nature Communications, permet désormais de comprendre les...
La mission BepiColombo de l’ESA et de la JAXA à destination de Mercure a décollé à bord d’une Ariane 5 depuis le port spatial de l’Europe à Kourou à 1 h 45...
Le projet CTA (Cherenkov Telescope Array), une très grande infrastructure de recherche (TGIR) pour la partie française (des équipes de recherche de l'IN2P3, INSU et...
Des chercheurs du CEA, du CNRS et de l’Université Aix-Marseille (1), en collaboration avec le KAERI (2), ont mis en lumière une grande diversité d’outils de...
En 2018, l’ESA et la JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency) lanceront deux sondes en direction de Mercure dans le cadre de la mission BepiColombo. Objectif: en...
Les équipes du CNES ont procédé à une première, avec la désorbitation passive et innovante du satellite Microscope (MICROSatellite à trainée Compensée pour...
Alors que les Nations Unies ont annoncé un plan pour éradiquer la tuberculose d'ici 2030, une nouvelle étude démontre l'émergence de souches multirésistantes de...
Grâce à l’instrument VIMOS installé sur le Very Large Telescope de l’ESO, une équipe internationale d’astronomes a découvert une structure colossale au sein...
Au cours de sa première année de test, la turbine marémotrice flottante la plus puissante du monde a généré 3 GWh d’électricité. Alors que le spectre du...
Une nouvelle approche basée sur des métamatériaux, matériaux composites dont les propriétés n’existent pas à l’état naturel, améliore la qualité de...
Partant de l’analyse fine des émissions radio entre Jupiter et son satellite Io, des astrophysiciens de l’Observatoire de Paris - PSL apporte une confirmation...
Pour améliorer la fiabilité et diminuer le temps de réponse des capteurs et actionneurs embarqués dans l'automobile, une approche de commande prédictive est mise en...
Les alvéoles des poumons sont couvertes d'un film de lipides et de protéines qui joue un rôle clé dans le processus de la respiration, et fait défaut chez certains...
La lumière permet de détecter la présence de substances dans un milieu. Des chercheurs du Centre de nanosciences et de nanotechnologies et du Politecnico Di Milano...
Les microbolomètres sont des détecteurs infrarouges fonctionnant à température ambiante, issus de la recherche spatiale et militaire. Ils débarquent aujourd'hui...
Le ciblage des cellules souches, où prend naissance le cancer du cerveau, pourrait prévenir la croissance tumorale Des chercheurs de l’Institut et hôpital...
L’ocytocine améliore les symptômes liés à l’autisme, mais ce peptide ne peut traverser la barrière entre sang et cerveau. Un consortium de chercheurs, centré...
Une biopile fournira-t-elle un jour assez d’énergie pour alimenter un pacemaker ? Cette prouesse pourrait devenir possible grâce à des chercheurs français de...
Des chercheurs du CNRS et de l'Université Rennes 1 (1), en collaboration avec la société Airbus, ont découvert un signal visuel qui permet de détourner durablement...
Les perturbations de l’environnement attribuables à l’activité humaine sont-elles à l’origine de changements évolutifs chez les animaux et les plantes ? Les...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales