Posté par Isabelle le Vendredi 19/02/2021 à 13:00

Aérosols: identifier et observer en temps réel les molécules impliquées

Une des grandes incertitudes qui persiste autour du réchauffement climatique est l’impact des nuages. On sait qu’ils se forment par condensation d’eau autour de microparticules appelées aérosols. L’origine moléculaire de ces aérosols est quant à elle peu comprise et difficile à mesurer en temps réel car les concentrations dans l’air sont très faibles.

Une équipe de scientifiques de l’IRCELYON (CNRS/Université Claude Bernard) a récemment mis au point une nouvelle technique d’analyse ultra-sensible basée sur la spectrométrie de masse. Cette technique leur a permis d’identifier, pour la première fois et en temps réel, la structure des composés impliqués dans la formation des embryons moléculaires à l’origine d’aérosols. Publiés dans la revue Nature Communications, ces résultats ouvrent la voie vers une meilleure compréhension et prédiction de la formation et volatilité des aérosols, et par conséquent du climat.

Caractérisation moléculaire des espèces initiant la formation des aérosols. © Sophie Tomaz, Matthieu Riva et Marlène Fabre

Les aérosols sont des microparticules qui se forment dans l’atmosphère par une série de réactions d’oxydation, par l’ozone notamment, de petites molécules organiques volatiles. Ces particules ont un impact considérable tant sur le climat que la santé. Elles interagissent directement avec la lumière et sont les noyaux de condensation à l’origine de la formation des nuages. Leur rôle exact dans cette formation reste d’ailleurs une source d’incertitudes majeure dans la modélisation et la prédiction du climat. Si l’on sait qu’une classe de produits d'oxydation, appelés molécules organiques hautement oxygénées, joue un rôle clef dans la formation et la croissance des particules atmosphériques, les mécanismes de réaction ainsi que les structures de ces espèces très réactives restent insaisissables.

Pour élucider cette question, des chimistes de l’Institut de recherche sur la catalyse et l’environnement de Lyon (IRCELYON, CNRS/Université Claude Bernard) ont étudié l'oxydation par l’ozone, ou ozonolyse, de monoterpènes, une classe très répandue de molécules organiques volatiles émises par les plantes et à l’origine des aérosols. Pour cela, ils ont utilisé une source d’ionisation chimique (CI) récemment développée à l’Ircelyon1 et qui permet, couplée à un spectromètre de masse ultra-sensible, d’isoler et étudier en temps réel les structures des espèces clés dans la formation des aérosols, tels que les radicaux et dimères. Le principe est simple: l’air contenant de très faibles concentrations de ces espèces très réactives est aspiré et rencontre un flux d’ions, ici NO3-, qui s’attachent aux molécules ciblées sans les dénaturer. Les ions ainsi formés peuvent être ensuite guidés, triés et détectés par spectrométrie de masse.

Les résultats, publiés dans la revue Nature Communications, permettent de mieux comprendre la chimie radicalaire qui se déroule dans l’atmosphère et devraient fournir des hypothèses plus réalistes pour modéliser la formation des aérosols et, donc, des nuages. L’approche expérimentale proposée devrait également permettre l’étude en temps réel d’espèces réactives de courte durée de vie qui peuvent se former en très faible concentration dans d’autres processus chimiques en phase gazeuse.

Note:
(1) https://doi.org/10.1021/acs.analchem.9b02093


Référence:
Structures and reactivity of peroxy radicals and dimeric products revealed by online tandem mass spectrometry
Sophie Tomaz, Dongyu Wang, Nicolás Zabalegui, Dandan Li, Houssni Lamkaddam, Franziska Bachmeier, Alexander Vogel, María Eugenia Monge, Sébastien Perrier, Urs Baltensperger, Christian George, Matti Rissanen, Mikael Ehn, Imad El Haddad et Matthieu Riva, Nature Communications 12 janvier 2021.
https://doi.org/10.1038/s41467-020-20532-2

Contacts:
- Matthieu Riva - Chercheur, Institut de recherches sur la catalyse et l'environnement de Lyon (CNRS/Université Claude Bernard) - matthieu.riva at ircelyon.univ-lyon1.fr
- Christophe Cartier dit Moulin - INC & Institut parisien de chimie moléculaire - inc.communication at cnrs.fr
- Stéphanie Younès - Responsable Communication - Institut de chimie du CNRS - inc.communication at cnrs.fr
- Anne-Valérie Ruzette - Chargée scientifique pour la communication - Institut de chimie du CNRS - anne-valerie.ruzette at cnrs.fr
Dernières actualités
Mesurer la gravité à laquelle est soumise l'antimatière est un des défis actuels, avec pour...
Une équipe de l’UNIGE a étudié les cendres des éruptions volcaniques et a découvert deux...
La grande majorité des exoplanètes géantes (les planètes 100 fois plus lourdes que la Terre)...
"Préserve et répare la peau". "Retarde l’apparition des rides". C’est ce que promettent les...
En étudiant les génomes de plus de 20 000 personnes, une équipe met en lumière les liens...
À l’été 2009, un navire allemand était devenu le premier navire commercial à emprunter la...
Ceux qui cherchent un exemple qui illustre bien comment la génétique et le milieu de vie peuvent...
Lorsqu’on dit que "le vaccin a un taux d’efficacité de 95%", cela ne veut pas dire que "5% des...
Les chercheurs des instituts Jacob et Joliot du CEA ont amélioré le suivi de l’inflammation des...
On s’interroge beaucoup sur l’utilité du séquençage des virus SARS-CoV-2 de patients...
Impossible de faire atterrir en douceur un rover ou une sonde spatiale sur Mars sans intelligence...
Un chercheur de l’UNIGE a compilé toute la littérature des cinq dernières années liant...
Pour la première fois, la combinaison de deux techniques d’imagerie permet de visualiser et de...
Les matériaux photoactifs utilisés dans les OLEDs, l’imagerie médicale ou certains dispositifs...
Le volcan Merapi, situé à Java en Indonésie, voit régulièrement des dômes de lave...
Des chiens ont accompagné certains des premiers habitants des Amériques, il y a 16 à 17 000...
Les villes favorisent des pratiques propices à la dissémination et au développement de certains...
La spintronique offre des solutions nouvelles à la réalisation de composants mémoire et logique...
Une équipe du SCCL a découvert que les lymphocytes T CD4, qui jouent habituellement un rôle de...
Au cours de ces dernières décennies, il a été observé que la banquise s’est étendue au...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales