Posté par Isabelle le Jeudi 11/10/2018 à 12:00
Adaptation du maïs au changement climatique et augmentation des rendements

©Techno-Science.net
Adaptation au changement climatique du maïs: exploiter la diversité génétique du maïs pour augmenter les rendements.

Plusieurs simulations prévoient que le réchauffement climatique diminuera les rendements, mais elles sont basées sur le fait que les agriculteurs de 2050 utiliseront les mêmes variétés qu’aujourd’hui. Or, la profession sème actuellement des variétés de maïs de plus en plus tardives pour contrebalancer l’effet du réchauffement climatique. En se basant sur les pratiques et les savoirs professionnels actuels, des mesures faites en conditions réelles sur plusieurs sites, et plus de 3 millions de simulations à partir de 12 modèles climatiques, les chercheurs de l’Inra montrent que l’exploitation de la diversité génétique de la floraison du maïs permettrait l’adaptation au changement climatique et l’augmentation des rendements. Ces résultats sont publiés le 1er octobre 2018 dans la revue PNAS.

Les simulations qui prévoient que le réchauffement climatique diminuera les rendements considèrent que les agriculteurs de 2050 utiliseront les mêmes variétés qu’aujourd’hui. Ce ne sera pas le cas: les agriculteurs sèment actuellement des variétés de plus en plus tardives pour contrebalancer l’effet du réchauffement climatique qui, sinon, raccourcirait la durée semis-récolte, la photosynthèse cumulée et, finalement, le rendement. Chez le maïs, la durée semis-récolte est liée à la date de floraison, et elle est contrôlée par des gènes de mieux en mieux connus. Les agriculteurs peuvent choisir ‘sur catalogue’ des variétés ayant la précocité qu’ils souhaitent, et s’adaptent ainsi aux variations de température entre le nord et le sud de l’Europe ou celles liées au réchauffement. Dans leur étude, les chercheurs de l’Inra ont pris en compte ces adaptations pour analyser les impacts des changements climatiques sur le rendement du maïs en Europe.

Prendre en compte un cycle de floraison optimum

Une large variabilité génétique de floraison a été observée chez 121 génotypes maximisant la diversité au champ. Sur cette base, les chercheurs de l’Inra ont construit un modèle pour calculer la durée de cycle qui maximise le rendement en 59 sites européens lors des 36 dernières années. Cette durée est plus longue au sud qu’au nord de l’Europe, mais est réduite par la sécheresse: il vaut mieux un cycle plus court les années sèches pour garder de l’eau du sol jusqu’à la récolte. D’après les statistiques européennes, les agriculteurs en chaque site utilisent des variétés proches des optimums simulés.

Le rendement augmente si les agriculteurs exploitent la variabilité génétique de la floraison

Les scientifiques ont ensuite considéré que les agriculteurs de 2050 continueront à utiliser les règles de choix de variétés qu’ils utilisent actuellement avec succès, et que les sélectionneurs pourront continuer à fournir les variétés correspondantes. Trois millions de simulations ont calculé les rendements en 2050 pour des variétés ayant une large gamme de durées de cycle dans chaque site, dans 12 scenarios de réchauffement, avec plusieurs hypothèses pour les pratiques culturales et pour la réponse à la concentration en CO2. Les rendements prévus baissent avec le changement climatique s’ils sont simulés avec les variétés et les pratiques d’aujourd’hui, mais augmentent si les agriculteurs continuent à bien exploiter la variabilité génétique de la floraison comme ils le font actuellement.

La diversité génétique permet l’adaptation au changement climatique

Cette étude montre que la diversité génétique permet une adaptation au changement climatique et que les agriculteurs et les sélectionneurs ont cette capacité d’adaptation, qui doit être prise en compte dans les études d’impact des changements climatiques. Il ne faut pas en déduire que les changements climatiques sont favorables: l’étude n’analyse pas d’autres effets néfastes des changements climatiques comme l’apparition de nouvelles maladies ou la fréquence d’épisodes climatiques extrêmes (inondations ou tempêtes).

Note:
Ces travaux ont été réalisés dans le cadre du projet ANR-PIA Amaizing (https://amaizing.fr/), qui vise à valoriser la variabilité génétique du maïs, et le projet ANR Phenome Emphasis.fr (https://www.phenome-fppn.fr/) qui met en place une infrastructure française de phénotypage, ainsi que deux projets européens sur les mêmes thèmes, UE DROPS et EPPN2020 (https://eppn2020.plant-phenotyping.eu/).


Contact scientifique:
François Tardieu - Laboratoire d'écophysiologie des Plantes sous Stress Environnementaux, Inra-SupAgro Montpellier

Département associé:
Environnement et agronomie

Centre associé:
Occitanie-Montpellier

Référence publication:
Boris Parent, Margot Leclere, Sébastien Lacube, Mikhail A. Semenov, Claude Welcker, Pierre Martre, and François Tardieu. Maize yields over Europe may increase in spite of climate change, with an appropriate use of the genetic variability of flowering time, 2018 PNAS https://doi.org/10.1073/pnas.1720716115
Dernières news
Attaque par un virus puis prolifération mortelle de bactéries: un article scientifique, publié dans Nature Communications, permet désormais de comprendre les...
La mission BepiColombo de l’ESA et de la JAXA à destination de Mercure a décollé à bord d’une Ariane 5 depuis le port spatial de l’Europe à Kourou à 1 h 45...
Le projet CTA (Cherenkov Telescope Array), une très grande infrastructure de recherche (TGIR) pour la partie française (des équipes de recherche de l'IN2P3, INSU et...
Des chercheurs du CEA, du CNRS et de l’Université Aix-Marseille (1), en collaboration avec le KAERI (2), ont mis en lumière une grande diversité d’outils de...
En 2018, l’ESA et la JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency) lanceront deux sondes en direction de Mercure dans le cadre de la mission BepiColombo. Objectif: en...
Les équipes du CNES ont procédé à une première, avec la désorbitation passive et innovante du satellite Microscope (MICROSatellite à trainée Compensée pour...
Alors que les Nations Unies ont annoncé un plan pour éradiquer la tuberculose d'ici 2030, une nouvelle étude démontre l'émergence de souches multirésistantes de...
Grâce à l’instrument VIMOS installé sur le Very Large Telescope de l’ESO, une équipe internationale d’astronomes a découvert une structure colossale au sein...
Au cours de sa première année de test, la turbine marémotrice flottante la plus puissante du monde a généré 3 GWh d’électricité. Alors que le spectre du...
Une nouvelle approche basée sur des métamatériaux, matériaux composites dont les propriétés n’existent pas à l’état naturel, améliore la qualité de...
Partant de l’analyse fine des émissions radio entre Jupiter et son satellite Io, des astrophysiciens de l’Observatoire de Paris - PSL apporte une confirmation...
Pour améliorer la fiabilité et diminuer le temps de réponse des capteurs et actionneurs embarqués dans l'automobile, une approche de commande prédictive est mise en...
Les alvéoles des poumons sont couvertes d'un film de lipides et de protéines qui joue un rôle clé dans le processus de la respiration, et fait défaut chez certains...
La lumière permet de détecter la présence de substances dans un milieu. Des chercheurs du Centre de nanosciences et de nanotechnologies et du Politecnico Di Milano...
Les microbolomètres sont des détecteurs infrarouges fonctionnant à température ambiante, issus de la recherche spatiale et militaire. Ils débarquent aujourd'hui...
Le ciblage des cellules souches, où prend naissance le cancer du cerveau, pourrait prévenir la croissance tumorale Des chercheurs de l’Institut et hôpital...
L’ocytocine améliore les symptômes liés à l’autisme, mais ce peptide ne peut traverser la barrière entre sang et cerveau. Un consortium de chercheurs, centré...
Une biopile fournira-t-elle un jour assez d’énergie pour alimenter un pacemaker ? Cette prouesse pourrait devenir possible grâce à des chercheurs français de...
Des chercheurs du CNRS et de l'Université Rennes 1 (1), en collaboration avec la société Airbus, ont découvert un signal visuel qui permet de détourner durablement...
Les perturbations de l’environnement attribuables à l’activité humaine sont-elles à l’origine de changements évolutifs chez les animaux et les plantes ? Les...
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL
sous le numéro de dossier 1037632
Informations légales